Interdiction de la Chicha : Les tenanciers de Bars…désapprouvent la décision

0
161

Conakry-Guinée : Après l’interdiction de l’importation, la distribution et la commercialisation   de la Chicha par le gouvernement guinéen, les réactions ne se sont pas fait attendre. Ce jeudi 7 janvier, les tenanciers des Bars, Restaurants et Hôtels où la Chicha ont dénoncé le fait de n’avoir pas été associé à la prise de cette décision qui affecte leurs chiffres d’affaires.

M. Vally Sacko, président de l’Association guinéenne des tenanciers, Bars, Restaurants, Motels et Night-Club en Guinée, joint par notre rédaction, pense qu’ils devaient être associés à la prise de cette décision. « Quand il y a une prise de décision, quand il y a quelque chose à faire, appeler les concernés et vous vous donnez des idées sur le pourquoi le Chicha doit être interdite. Si ce n’est pas le cas, vous prenez (Gouvernement, ndlr) une décision unilatérale comme cela, je trouve que cela est impopulaire, car il y a beaucoup d’autres choses qu’il faut faire face qui n’ont rien à avoir avec la vente du Chicha. Parce que qu’on ne sait pas pourquoi la Chicha doit être interdite ? S’il y a d’autres qui sont en train de mélanger la Chicha à la drogue, on peut poursuivre ces gens et les interdire », justifie-t-il.

Pour lui, cette interdiction aura un impact sur leur activité vu la crise dont il subit. « D’abord nous sortons d’une longue crise où il n’y a pas eu de mesures d’accompagnement dans notre secteur. Et à partir du moment où les gens se sont investis dans quelque chose et ils (Gouvernement, ndlr) viennent interdire, je trouve cela très gauche. Il y a beaucoup de choses qui sont-là qui doivent être défendues et moi je suis contre cela pour le moment », martèle M. Vally Sacko.

Il faut souligner que de nos jours la commercialisation de la Chicha rapporte beaucoup plus de bénéfice aux tenanciers.

Moïse Rama Fils