Miche de pain toujours à 4 000 FG : Les précisions du président de l’Union nationale professionnelle des Boulangers et Pâtissiers de Guinée

0
508

Conakry-Guinée : Il a fallu 24 heures à l’arrêté du 15 janvier du ministre du Commerce pour que le Président Alpha Condé lui somme d’abroger à travers un autre arrêté l’augmentation du prix du pain sur toute l’étendue du territoire national. En dépit de ce deuxième arrêté pris le 16 janvier, certains boutiquiers dans les quartiers continuent toujours de vendre à 4 000 francs guinéens la niche du pain en lieu et place au prix initial qui est à 3 500 francs guinéens.

Le Président de l’Union nationale professionnelle des Boulangers et Pâtissiers de Guinée apporte des précisions sur cet état de fait ce lundi 18 janvier 2021 : « Lorsque cet arrêté avait été annoncé, nous étions dans le week-end. Donc, les boulangers avaient déjà les farines dont les prix avaient été augmentés. Mais à partir d’aujourd’hui (lundi 18 janvier 2021 ndlr) la farine sera vendue au prix initial parce que j’ai déjà parlé avec certaines industries qui m’ont dit qu’elles ont fait sortir des farines à 6 heures du matin pour les magasins régulateurs à raison de l’ancien prix (250 000 francs guinéens). Donc, à partir de demain, personne ne pourra vendre à autre prix qu’à l’initial qui est de 3 500 la niche du pain », explique Alpha Oumar Sacko.

Après l’écoulement des stocks qui étaient déjà vendus à 285 000 francs, le prix reviendra à l’initial souligne Alpha Oumar Sacko. D’ailleurs, une réunion est prévue avec les industriels dans ce sens. « Aujourd’hui, on tiendra une réunion pour dire aux boulangers de venir d’abord au magasin régulateur de Sonoco pour qu’ils puissent s’approvisionner à raison de 250 000 francs guinéens », note-il.

Sur chaque sac de farine de 250 000 franc vendue, les boulangers enregistrent une perte de 35 000 franc a fait savoir le président de l’Union nationale professionnelle des Boulangers et Pâtissiers de Guinée qui demande l’implication du chef de l’État. « Nous, on ne calcule pas actuellement comme il y a une crise, j’aimerais que le président appelle les industriels afin qu’ils parlent pour voir comment diminuer afin que tout le monde soit satisfait », souhaite Alpha Oumar Sacko.

Moïse Rama Fils