Crise au SLECG : Tounkara tire à boulets rouges sur Soumah

0
145

Conakry-Guinée : L’étau se resserre entre Aboubacar Soumah secrétaire général du syndicat libre des enseignants chercheurs de Guinée (SLECG) et Oumar Tounkara sur la question financière portant sur les 150 millions francs guinéens qu’aurait reçu son homologue Oumar Tounkara auprès des autorités guinéennes.

Après plusieurs remous liés à l’augmentation salariale du personnel de l’éducation, la démarche à suivre des différentes structures syndicales du pays commence de plus en plus à s’effriter pour des raisons inavouées. Les deux syndicalistes s’accusent mutuellement « de corrompu, de manipulateur… », empêchant régulièrement la bonne marche de l’école guinéenne.

Invité ce mardi 19 janvier par nos confrères d’Espace FM dans l’émission « Les Grandes gueules », Oumar Tounkara a fustigé à outrance son homologue Aboubacar Soumah, le jugeant ainsi comme «manipulateur» qui fait de la grève des enseignants sa source financière. Le syndicaliste peint un tableau purement sombre de son homologue. «En janvier 2019, le gouvernement nous a promis une augmentation de quatre millions par enseignant, il a dit non : tant que c’est des primes qu’il n’accepte pas, je lui dis quand l’employeur nous propose quatre millions sur les huit millions, qu’on appelle primes, encouragement, motivation ou gratification. En matière syndicale, il y a le principe de flexibilité et le principe de gain voudrait qu’on prenne les quatre millions, on intègre sur le salaire des enseignants. Après on se bat pour un autre, dit-il. J’avoue un syndicaliste n’est pas un homme qui fout en l’air l’intérêt des travailleurs, mais il cherche à gagner. Alors sa philosophie, son radicalisme, son arrogance n’est pas écouté, c’est son intérêt personnel qu’il défend », a-t-il accusé son camarade Soumah.

Sur la question des 150 millions de francs guinéens qu’il aurait reçus, Oumar Tounkara dit ceci : « Je  n’ai  reçu aucun montant venant de n’importe qui, lui qui parle de ses 150 millions, on l’a offert une voiture qu’il n’a pas présenté à l’Assemblée générale. Ces enfants étudient en Tunisie ».

Sur leur interaction avec le secrétaire général de la Fédération syndicale autonomes des banques et assurances de Guinée (FESABAG), il a déclaré : « Le Général Abdoulaye Sow a été d’un apport important dans la résolution de tous les problèmes. Tous les accords et tous les protocoles d’accord, il a été signataire, quand on a gelé les salaires des enseignants, il s’est déplacé personnellement auprès du Premier ministre pour que les enseignants aient leurs salaires. Même lors de l’élection du Général Sow au Palais, Aboubacar Soumah a voulu être le secrétaire général, j’ai dit non, il n’a ni les qualités, ni les connaissances, ni l’oral, ni l’influence pour être secrétaire général de l’USTG parce qu’il faut des qualités intellectuelles, académiques et syndicales ».

Amara Touré