Scission du ministère des Sports et de la Culture : les inquiétudes d’un acteur culturel

0
128

Conakry-Guinée : Après le décret du Président de la République scindant en deux le ministère des Sports, de la Culture et du Patrimoine historique, les réactions n’ont pas tardée dans le milieu culturel.

Dans une interview accordée ce mardi 19 janvier 2021 à notre rédaction, Moussa Moise Diabaté, manager et Producteur, a soutenu que ce n’est pas la séparation du ministère qui est important, mais plutôt la personne qui doit le diriger. Il n’a pas manqué de soulever des inquiétudes en s’accentuant plus sur le responsable qui doit diriger le département de la Culture prochainement dans le nouveau gouvernement. « La création unique ou la séparation de ces départements a vu d’œil, on voit un engouement autour, on voit de l’effervescence. Mais moi personnellement, si on me demandait, j’allais insister sur la personne qui doit diriger le département et non la structure en tant que telle. Parce que ce n’est pas la première fois qu’on voit le département de la Culture être dirigé séparément avec celui des Sports », rappelle-t-il.

Par ailleurs, il a déploré le manque de considération de la culture accordée même au niveau de l’Assemblée nationale. « C’est paradoxale et incompréhensible que cette culture, même au niveau de l’Assemblée Nationale, soit considérée à l’appendice des autres départements. Si vous constatez, même en votant les budgets, les députés ont cette fantaisie de voter un budget à la hâte au compte du département de la Culture parce que la culture n’a pas dix milliards de francs guinéens. Alors, comment voulez-vous que la culture avance avec ça ? La culture est un domaine très vaste », souligne Moussa Moise Diabaté.

Cet acteur culturel a aussi cité quelques infrastructures dont a besoin la culture guinéenne. « Une nation de culture comme la Guinée, elle n’a pas de Palais de la Culture. Elle n’a pas de festival digne de nom. La Guinée a, à chaque niveau, à toutes les régions naturelles, chacune a un environnement culturel, une histoire. C’est un scandale culturel, comme scandale géologique. Mais aujourd’hui, les rétroviseurs sont fixés sur les mines qui sont très malheureusement en train d’être exploiter au détriment de la Guinée », regrette-t-il.

Reste à savoir qui sera le promu au ministère de la Culture et du patrimoine historique sachant que les artistes avaient déjà souhaité que l’un des leurs soit à la tête de ce département.

Moïse Rama Fils