L’ONU salue les mesures prises par le nouveau Président des Etats-Unis pour revenir dans l’Accord de Paris sur le climat

0
159

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a salué chaleureusement mercredi les mesures prises par le nouveau Président des Etats-Unis, Joe Biden, pour revenir dans l’Accord de Paris sur le changement climatique.

Le 4 novembre 2020, les Etats-Unis étaient officiellement sortis de cet accord, signé par 194 pays, à la suite d’une décision du prédécesseur de M. Biden, Donald Trump.

Joe Biden a pris ses fonctions de Président ce mercredi 20 janvier et a aussitôt signé un décret à la Maison Blanche pour revenir sur la décision de Donald Trump concernant l’Accord de Paris. Cet accord cherche à limiter le réchauffement climatique et à réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Les Etats-Unis rejoignent ainsi « la coalition grandissante de gouvernements, de villes, d’États, d’entreprises et de citoyens prenant des mesures ambitieuses pour faire face à la crise climatique », a dit le Secrétaire général dans une déclaration à la presse.

Le chef de l’ONU a rappelé qu’à la suite du Sommet de l’ambition climatique de l’année dernière, les pays qui produisent la moitié de la pollution mondiale par le carbone se sont engagés à atteindre la neutralité carbone.

« L’engagement pris aujourd’hui par le Président Biden porte ce chiffre aux deux tiers. Mais il y a un très long chemin à parcourir. La crise climatique continue de s’aggraver et le temps presse pour limiter la hausse de température à 1,5 degré Celsius et construire des sociétés plus résilientes au climat qui aident à protéger les plus vulnérables », a ajouté M. Guterres.

Il a déclaré attendre avec impatience le leadership des États-Unis pour accélérer les efforts mondiaux pour arriver à zéro émission nette de gaz à effet de serre, notamment en proposant une nouvelle contribution déterminée au niveau national avec des objectifs ambitieux pour 2030 et un financement climatique avant la prochaine Conférence des Nations Unies sur le changement climatique (COP26) à Glasgow plus tard cette année.

« Je m’engage à travailler en étroite collaboration avec le Président Biden et d’autres dirigeants pour surmonter l’urgence climatique et mieux se remettre de la Covid-19 », a conclu le Secrétaire général.

L’ancien chef de la diplomatie américaine, John Kerry, accompagné par sa petite-fille, signe l’Accord de Paris au siège de l’ONU en avril 2016.Photo ONU/Amanda Voisard

L’ancien chef de la diplomatie américaine, John Kerry, accompagné par sa petite-fille, signe l’Accord de Paris au siège de l’ONU en avril 2016.

Réengagement des Etats-Unis au sein de l’OMS

Le Secrétaire général s’est également félicité du réengagement des États-Unis au sein de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

L’administration Trump avait notifié en juillet 2020 le retrait des Etats-Unis de l’OMS après avoir suspendu la contribution américaine à l’agence onusienne en avril. Le retrait ne devait devenir effectif qu’en juillet 2021. Joe  Biden a décidé mercredi de renouer les liens avec l’agence onusienne.

« Soutenir l’OMS est absolument essentiel aux efforts du monde pour une réponse mieux coordonnée contre la Covid-19 », a dit le porte-parole du chef de l’ONU.

« L’unité doit maintenant prévaloir et c’est le moment pour la communauté internationale de travailler ensemble dans la solidarité pour arrêter ce virus et ses conséquences dévastatrices. Les vaccins étant un outil essentiel dans la lutte contre la Covid-19, l’adhésion et le soutien des États-Unis au mécanisme COVAX donneront un élan aux efforts visant à garantir un accès équitable aux vaccins pour tous les pays », a-t-il ajouté.

« Des mesures positives » en matière de migration et de réfugiés

Le Secrétaire général de l’ONU s’est également félicité « des mesures positives » annoncées mercredi par la nouvelle administration américaine en matière de migration et de réfugiés.

Le nouveau Président Joe Biden a signé un décret mettant fin à l’interdiction aux ressortissants de pays en majorité musulmans d’entrer aux Etats-Unis.

« Le Secrétaire général se réjouit de travailler avec la nouvelle administration américaine pour renforcer la coopération multilatérale dans ces domaines. Il espère également voir les États-Unis adhérer au Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières », a dit son porte-parole dans une déclaration à la presse.

« Le soutien des États-Unis pour répondre aux besoins des migrants et des réfugiés a été solide et constant. Ce partenariat est plus que jamais nécessaire alors que nous cherchons à fournir une assistance, une protection et des solutions durables au déplacement d’un nombre record de personnes qui ont été forcées de fuir leur domicile à la suite d’un conflit, de la violence ou d’une catastrophe, ou qui émigrent dans l’espoir de trouver une vie meilleure pour eux-mêmes et leurs familles », a-t-il ajouté.

ONU Info