Université de N’Zérékoré : les enseignants chercheurs en grève !

0
111

N’Zérékoré-Guinée : Ce vendredi 22 janvier, l’Université de N’Zérékoré est restée sans étudiants ni de professeurs dans les salles de classe. Pour cause ? Une grève lancée par le Syndicat National Autonome de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique (SNAESURS) dans toutes les universités publiques de Guinée.

Moriba I Haba, secrétaire général de la section syndicale SNAESURS de l’Universités de N’Zérékoré, donne les raisons de la grève : « Comme vous l’avez constaté ici, c’est la même chose dans toutes les universités de la Guinée. Tous les enseignants chercheurs sont en grève à parti d’aujourd’hui 22 jusqu’au mardi 26 janvier 2021. Les causes, on peut citer entre autres : le retard de paiement des subventions du troisième et quatrième trimestre 2020, le retard de paiement des primes d’incitations des quatre mois (septembre, octobre, novembre et décembre 2020) et le blocage des frais de formation des formateurs. Parce que certains de nos amis enseignants chercheurs sont à l’extérieur pour leurs formations doctorales ou au Master, mais jusqu’à maintenant pour faute d’argent, certains ne peuvent pas soutenir. Certains ne peuvent pas aussi continuer la recherche, car ils n’ont pas d’argent. C’est pourquoi, nous sommes allés en grève ».

Malgré que la grève de l’enseignement ne porte pas tellement fruits en Guinée, le secrétaire général de la section syndicale promet d’aller au bout tant qu’ils n’auront pas gain de cause. « Le syndicalisme, la dernière face, c’est la grève maintenant que nous avons lancé cette grève et cette grève est coordonnée par le secrétaire national Baba Mansaré tant qu’il n’a pas donné un ordre pour la reprise des cours. Personne ne va donner cours dans ces universités et lui aussi, il ne pourra donner l’ordre que lorsque les revendications sont satisfaites. La grève continue jusqu’au mardi, si rien n’est fait, la grève continuera », a insisté Moriba I Haba.

Pour les étudiants, cette grève ne les arrange pas, car ils viennent de commencer les cours. L’année passée, les programmes n’ont pas été bouclés, donc si cette année l’année s’ouvre avec la grève, ils ne sont pas contents. Ils demandent à l’Etat d’intervenir le plutôt que possible afin de trouver un terrain d’entente.

Le chargé de communication de l’Université de N’Zérékoré confirme l’avis de grève lancée par le syndicat national autonome de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique et l’absence des étudiants et enseignants dans les salles de classe.

Jules Lamilé Kombadouno