Mutilations génitales féminines : la rappeuse Keyla-K s’engage dans la lutte contre le phénomène

0
194

Conakry-Guinée : A l’occasion de la Journée internationale de la tolérance zéro à l’égard des mutilations génitales féminines célébrée le 6 février de chaque année, le Projet « Sauvons nos enfants » de la rappeuse Keyla-K a été officiellement lancé ce samedi 6 février 2021. Ce projet a démarré par une session de formation des journalistes sur l’intégration des MGF dans les médias.

A cet effet, une trentaine de journaliste a été outillée sur la communication et les reportages sur les MGF.

 Dans son allocution, l’initiatrice de ce projet a expliqué les raisons qui l’ont poussé à monter ce projet. « C’est dans la logique de renforcer et d’accompagner tous les efforts de l’État, les institutions et les ONG dans la lutte contre les mutilations génitales féminines que nous engageons en faveur des droits fondamentaux de la jeune fille. Je traduis cet engagement à travers ma musique pour porter le message à toutes les femmes et filles lésées dans leurs droits. Ce projet vise à sensibiliser les communautés, les leaders politiques et religieux ainsi que les élèves sur les conséquences des MGF. Moi-même victime de ce phénomène, aujourd’hui je m’engage à combattre la perpétuation de cette pratique néfaste pour la santé et l’épanouissement des jeunes filles », soulign-t-elle.

Pour l’aboutissement de son combat, l’auteur du single « Appelle-moi Keyla » ou encore « My Story » compte créer un réseau guinéen de lutte contre les MGF composé de jeunes engagés sur le terrain, fédérer les principales associations nationales qui luttent contre les MGF en Guinée. « Une fois créée, cette fédération aura pour cœur de métier la sensibilisation, notamment dans les écoles auprès des vrais ambassadeurs de nos familles. Ceci est entre autres les objectifs de ce projet ».

Cet atelier sera suivi d’une tournée nationale sur 10 dates avec la rappeuse à l’intérieur du pays.

Oumar Camara