Conservateurs de la nature en colère : Ils veulent des grades et du ravitaillement

0
156

Conakry-Guinée : Des bruits de botte ont été entendus ce mardi 9 février 2021 à la Direction Nationale des Eaux et Forêts, située à la Camayenne, dans la commune de Dixinn. Au nombre d’une centaine, des agents des conservateurs de la nature ont accusé le ministre de l’Environnement des Eaux et Forêts, Oyé Guilavogui, d’avoir substitué le rôle qui leur est dévolu au profit de la Gendarmerie Environnementale.

Plus loin, ces agents revendiquent depuis plus de huit ans les autres prérogatives qui leurs sont refusées par les responsables en charge du département en tête de liste le ministre. « A commencer par la tête le ministre Oyé Guilavogui jusqu’à la dernière personne des chefs qui sont là. Ils s’en foutent de nous. Que tu ais faim ou malade, ce n’est pas leurs problèmes, ils ne savent rien de nous. On n’a pas eu de grade, cela fait huit (8) ans alors que la gendarmerie a eu, la police, la douane, l’armée, sauf nous. Comme si nous, nous ne sommes pas de la sécurité. Tout le monde s’en fout de nous », s’est lamenté le Caporal-chef Alhassane 2 Camara, porte-parole des frondeurs.

Déterminés à se faire entendre, ces agents ont sillonné chaque bureau du département de l’environnement dans le but de passer leur message de colère à leur hiérarchie. Après avoir entendu les revendications, le Colonel Yalaly Camara, Directeur National des Eaux et Foret, leur a fait une promesse : « Nous allons porter l’information à qui de droit. Nous allons essayer de le (ministre Oyé Guilavogui ndlr) pour voir ce qu’il va nous dire. Parce que moi, je ne peux rien décider. Nous allons le rencontrer à nouveau pour ce problème ».

Non satisfait, ces frondeurs se sont dirigés aussi vers le bureau du Directeur Général du conservateur de la nature, le Colonel Namory Keita. Là, sur la question des grades, ce supérieur précise : « On a fait des propositions de nomination aux grades et on a déposé à qui de droit, c’est là-bas se limite mes prorogatives. Si vous étiez là le jour de la présentation des vœux au ministre, il a dit qu’il a pris toutes les dispositions et qu’il a déposé les propositions de nomination à qui de droit. Et vous étiez tous là oui ou non ? (les grognards ont répondu par l’affirmatif). C’est là-bas moi je me limite et je ne peux pas dépasser le ministre ».

Au nombre de près de 3 000 sur le territoire, ces soldats de la nature souhaitent le respect des prérogatives qui leurs sont attribuées. A cela, ils demandent le départ de tous les responsables qui, selon eux, sont commanditaires de ces violations.

Moïse Rama Fils