Lutte contre la drogue : 3 kg de cocaïne saisie sur une Dame à l’aéroport international Conakry Gbessia

0
215

Conakry-Guinée : La Direction de l’Office central anti-drogue a procédé récemment à deux saisies de drogue. Ces drogues ont été présentées à la presse ce mardi 9 février au Secrétariat général de lutte contre la drogue et le crime organisé.

Il s’agit d’un corps sans vie retrouvé dans le district de Pamelap, préfecture de Forecariah, après autopsie, il a été extrait 32 boules de cocaïnes dans ce corps pour un poids total de 750 grammes. Pour ce qui est du second cas de saisie, il s’agit de 3 kg de cocaïne saisie avec une dame à l’aéroport international Conakry Gbessia.

Ibrahima Khalil Camara, commissaire divisionnaire de police, est le directeur général adjoint de l’Office centrale anti-drogue : « Le 14 décembre 2020, un corps sans vie a été retrouvé dans le district de Pamlap, à la frontière, dans la préfecture de Forecariah. Pour des fins d’enquête, les autorités administratives et judiciaires ont envoyé ce corps à Conakry, plus précisément à Ignace Deen. Dans le même cadre, l’Office Anti-drogue a reçu un rapport de compte-rendu de sa brigade basée en ces lieux. Rapport dans lequel et par les indices trouvés auprès du corps, la direction s’est située qu’elle a à faire avec un corps suspect.

La direction a adressé à cet effet une réquisition aux médecins légistes d’Ignace Deen. Le 25 janvier 2021, une équipe spécialisée a procédé à l’examen du corps et à l’autopsie qui s’est soldée par l’extraction de 31 boules de cocaïne pour un poids totalement de 750g. Pour le nom et le pays d’origine de l’intéressée, nous préférons les garder sous l’anonymat pour le respect universel de l’être humain. Cette tâche reviendra au procureur et au ministère des Affaires étrangères ».

Conté loucia, interpelé à l’aéroport international de Conakry, reconnaît les faits qui lui sont reprochés. « On m’a arrêté avec des drogues à l’aéroport. Je reconnais que c’est mon colis, et je regrette vraiment cet état de fait. Je transporte ça dans Collant papesse sous forme de gembaron et c’est ma première fois de faire ça. La personne qui m’a donné, il m’avait dit qu’il voyage avec moi ici à Conakry, mais depuis que je suis allée à l’aéroport, je lui ai appelé fatigué, il m’a dit seulement, je suis dedans, on part ensemble.  Il m’a dit d’envoyer son colis au Maroc en venant là-bas, il va me donner 10 milles dollars », explique la mise en cause.

Le Directeur général de l’Office centrale anti-drogue exhorte les citoyens d’abandonner le métier de passeur de drogue qui, selon lui, a beaucoup d’inconvénients. « En guise de conseil, la direction de l’Office Central Antidrogue conseille ses citoyens de cette activité de transport de drogue est risquant. Il y a des risques énormes. Il y a des risques de prison,  d’accident qui peuvent être la mort et la maladie », a fait savoir le directeur général adjoint de l’Office central anti-drogue.

Ce nouveau cas de saisie vient relancer le débat en Guinée quand on sait que le pays est considéré comme le centre de transit de toutes sortes de drogues.

Oumar Camara