Déguerpissement des emprises : «Nous sommes dans un pays où c’est la délinquance gouvernementale qui s’applique» (Saikou Yaya Barry, UFR)

0
191

Conakry-Guinée : Bien qu’il apprécie l’opération de déguerpissement des emprises de la capitale enclenchée par le ministère de la Ville et de l’Aménagement du territoire et le gouvernorat de la ville de Conakry, l’honorable Saikou Yaya Barry se dit peiner du caractère social qui a accompagné ladite opération quand il a été joint ce vendredi 12 février par guineetime.com.

«Je suis peiné de constater que le gouvernement ne pense pas à la situation sociale de nos compatriotes. Je dis bien que le déguerpissement est une bonne chose, mais en amont, il faut faire des études, préparer comment les personnes qui sont déguerpies. C’est fondamental parce que gouverner, normalement c’est gérer la société », estime-t-il.

Pour le secrétaire exécutif de l’UFR, l’État guinéen ne cesse de montrer ses griffes à la pauvre population alors qu’il s’enrichit sur le dos de cette même population avec les ressources naturelles du pays.  « Je pense que tout est fait par la force, il faut agir, il faut réprimer, il faut détruire la vie des gens, il faut appauvrir les Guinéens. Et pendant ces temps, eux, ils sont en train de s’enrichir sur le dos des contribuables par le biais des mines, le détournement, la gabegie que nous constatons tous les jours. C’est pourquoi je dis, nous sommes dans un pays où c’est la délinquance gouvernementale qui s’applique sur la population guinéenne », s’insurge cet ancien député de l’UFR.

Ces déguerpissements ont, en plus de laisser plusieurs familles sans abris, mis en péril des activités génératrices de revenus de la population. Pour l’honorable Barry, l’État devait penser tout d’abord à alléger la souffrance de la population. « Dans ces emprises des routes, c’est vrai, cela ne devait pas se faire, mais pendant des années cela existait. Il y en a qui ont des ateliers de soudures, de menuiseries, de plomberies qui emploient aussi quelques jeunes dans les quartiers pour ne pas que ceux-là se retrouvent dans les rues. Si vous (État, ndlr) devait faire ce travail, il faudra penser à eux et voir comment alléger leur souffrance pour ne pas que ces enfants soient en divagation et constituent un nid permettant aux bandits », suggère-t-il.

Le Secrétaire Exécutif de l’Union des Forces Républicaines (UFR) a profité de l’occasion pour se prononcer sur les visites inopinées du Chef de l’État dans les départements ministériels. Pour lui, à travers cet acte, Alpha Condé prouve à suffisance qu’il n’a pas de projet de société.

Moïse Rama Fils