Mali : l’ONU se félicite de la tenue de la réunion du Comité de suivi de l’Accord pour la paix à Kidal

0
356

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a félicité vendredi soir les Maliens pour la tenue du Comité de suivi de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation réuni la veille à Kidal.

« Le Secrétaire général félicite le peuple malien pour la réunion historique du Comité de suivi de l’Accord (CSA) pour la Paix et la Réconciliation qui s’est tenue à Kidal, au Mali, le 11 février », a déclaré dans un communiqué, son porte-parole, Stéphane Dujarric.

« C’est la première fois qu’une réunion du CSA a lieu à l’extérieur de Bamako depuis la signature de l’Accord de paix en 2015 », a-t-il ajouté.

Cette rencontre de haut niveau, présidée par Sabri Boukadoum, Ministre des Affaires étrangères de l’Algérie, a réuni six ministres maliens, la direction des mouvements armés signataires et la Médiation internationale, représentée à haut niveau.

« Le Secrétaire général salue ce nouvel élan et la confiance croissante entre les parties signataires », a souligné Stéphane Dujarric.

« Il encourage les parties signataires à poursuivre cette dynamique positive en traduisant les engagements pris en actions pour que le peuple malien puisse bénéficier des dividendes de la paix », a-t-il conclu.

Le Conseil de sécurité et António Guterres condamnent une attaque meurtrière contre la MINUSMA

Le Conseil de sécurité, puis le Secrétaire général, António Guterres ont fermement condamné ces dernières heures l’attaque menée le 10 février contre la base de la MINUSMA à Kéréna, dans le centre du pays.

« Les membres du Conseil de sécurité ont condamné avec la plus grande fermeté l’attaque perpétrée le 10 février 2021 contre la MINUSMA près de Douentza, qui a fait un mort et vingt-sept blessés parmi les soldats de la paix togolais », indique le communiqué de presse publié par les Quinze.

« Les membres du Conseil de sécurité ont appelé le gouvernement de transition du Mali à enquêter rapidement sur cette attaque et à traduire les auteurs en justice », est-il ajouté.

Le Conseil et le Secrétaire général ont également fait valoir que de telles attaques contre des soldats de la paix de la Mission intégrée multidimensionnelle de stabilisation des Nations unies au Mali (MINUSMA) « peuvent constituer des crimes de guerre en vertu du droit international » tout en réaffirmant que « le terrorisme sous toutes ses formes et manifestations constitue l’une des menaces les plus graves pour la paix et la sécurité internationales ».

En conclusion, les Quinze ont souligné que « ces actes odieux ne remettront pas en cause leur détermination à continuer de soutenir le processus de paix et de réconciliation au Mali ».

De son côté, le chef de l’ONU a réaffirmé la solidarité des Nations Unies avec le peuple et le Gouvernement du Mali.

ONU Info