Culture : les griots, les conservateurs de nos valeurs culturelles authentiques

0
199

Conakry-Guinée : L’Afrique a  une forte tradition ancestrale qui se transmet en génération en génération. Dans cette richesse orale, les griots occupent une place primordiale dans nos sociétés.

Maitres de la parole, les griots sont les mémoires de nos  traditions. En cas de discordances entre les entités sociales, ils  interviennent souvent pour régler les conflits et renforcer les relations dans les différentes composantes. Ces détenteurs de la parole égaient les communautés à l’occasion des cérémonies de baptêmes, de mariages. Ils racontent aussi l’histoire des générations présentes et montantes, nous  disent comment est notre lignée, notre descendance.

En Guinée, celui qui a surtout marqué ce rôle reste le célèbre griot Sory Kandia Kouyaté. En effet, ce bon diplomate, véritable ambassadeur de la culture guinéenne, a contribué au rétablissement de la paix, à la consolidation de celle-ci. Ce directeur de l’Ensemble instrumental traditionnel de la voix de  la Révolution a réglé le conflit entre les pays frères, notamment entre les présidents Moussa Traoré  de la République du  Mali et Sangoulé Lamisalé de  la Haute Volta, actuelle République du  Burkina-Faso.

Les griots sont les dépositaires des valeurs ancestrales. Ils restent par ailleurs très fidèles à leurs maitres. Nous en voulons comme exemple, Morifindiang Diabaté, l’illustre griot de l’empereur l’Almamy Samory Touré « Faama ». On se rappelle, Morifindiang était le conseiller personnel du roi, il l’appelait N’Körö (Grand frère, ndlr), il arrivait des fois qu’il le remplace en cas d’empêchement. Lors de l’arrestation en 29 Septembre 1898 de l’empereur et sa déportation au Gabon, il le suivit et moururent dans l’ile de Ndjolé tous les deux  au Gabon.

Amara Touré