Journée mondiale de la langue maternelle : Hadja Djamilatou Sow plaide pour le retour de nos langues dans les écoles

0
335

Conakry-Guinée : L’humanité a célébré hier dimanche 21 février 2021 la journée internationale de la langue maternelle. « Favoriser le multilinguisme pour l’inclusion dans l’éducation et la société », c’est le thème choisi cette année pour la célébration de cette journée. Notre reporter a rencontré la Cheffe de division éducation non formelle de la direction nationale de l’Alphabétisation.

Hadja Djamilatou Sow croit fermement que l’éducation de base passe nécessairement par la maitrise de la langue maternelle. « L’objectif fixé, c’est de renforcer l’inclusion dans l’éducation par une politique et une pratique d’enseignement et d’apprentissage intégrant le multilinguisme ; de promouvoir une éducation et une prise en charge globale et inclusive de la petite enfance. Tous les enfants vivants et apprenants ensemble grâce au multilinguisme, reconnaitre que les langues et le multilinguisme peuvent faire progresser l’inclusion et atteindre le développement durable » a-t-elle expliqué.

Selon elle, la maitrise des langues maternelles relève d’une importance capitale. « La maitrise de ces langues nationales doit être un passage obligatoire pour nos enfants dans l’apprentissage pratique de la science, de la technique et de la technologie de l’information et communication. La langue nationale, il faut apprendre à bas âge si tu maîtrises, tu n’auras pas des problèmes pour apprendre le français, l’anglais ainsi de suite. Parce que tu as déjà mémorisé ta propre langue nationale », souligne Hadja Djamilatou Sow.

Plusieurs langues nationales sont parlées en Guinée, mais au niveau de la direction nationale de l’alphabétisation seulement 8 sont codifiées et ont leurs propres alphabets. Hadja Djamilatou Sow plaide pour la promotion de ces langues. « Je crois qu’au niveau national, il faut qu’on y  pense parce que c’est vraiment important. Si je prends l’exemple sur le Sénégal  même le président de la République parle le wolof au bureau, à l’Assemblée nationale, c’est la même chose. Et avant au temps de Sékou Touré, c’était une obligation et on n’était vraiment devant tous ceux qui ont pratiqué cela n’ont pas eu de problèmes pour le français ».

L’OIF, en partenariat avec PLAN-GUINEE, a dans le cadre du bilinguisme ouvert 10 centres en expérimentation en langue soussou à Kindia. L’objectif visé est de se servir de sa langue maternelle pour permettre à l’enfant d’apprendre facilement les autres langues affirme Hadja Djamilatou Sow.

Oumar Camara