Interdiction d’importation de véhicules de moins de 8 ans : le cri de cœur des importateurs de la diaspora

0
1010

Conakry-Guinée : C’est une décision gouvernementale qui risque d’impacter plusieurs familles dans le pays. En effet, la diaspora guinéenne n’est pas contente du Président Alpha Condé concernant sa décision prise le 1er janvier 2020 qui rentre en application maintenant.

Cette décision n’est autre que l’interdiction de l’importation des véhicules cyclomoteurs et motocycles dont le Poids Total Autorisé en Charge (PTAC) est inférieur ou égal à 3,5 tonnes, âgés de plus de 8 ans, qui entre en vigueur dans les prochains jours.

Ce mardi 23 février 2021, le porte-parole des importateurs de véhicules vivant aux Etats-Unis d’Amérique contacté par notre rédaction a évoqué les conséquences que risquent les familles ici au pays si cette décision s’exécutait à la lettre.  Pour Moussa Sangaré, importateur de véhicules à Georgia (Atlanta) aux Etats-Unis depuis1992, cette décision des autorités guinéennes n’est pas du tout avantageuse non seulement pour le pays, mais aussi pour la diaspora guinéenne à travers le monde. « On a beaucoup de problèmes, plusieurs d’entre nous n’ont pas de papier et ils se servent de ce service de façon clandestine pour envoyer les véhicules au pays (…) Moi, je n’ai jamais revendu un véhicule, tout ce que j’envoie, c’est pour mes propres business (…) La décision qu’ils ont pris est bien contre la population guinéenne », a-t-il fait remarquer. Cet importateur souligne un aspect qui saute aux yeux des autorités dans leur prise de décision concernant ces importations. D’après lui, tout véhicule importé en Guinée n’est pas forcément à titre commercial. « Nous, tout ce qu’on gagne ici, on veut envoyer cela chez nous, car ici tout le monde est importateur (Jeunes, femmes et enfants) Puisque toute l’année on (Diaspora, ndlr) envoie de l’argent à nos parents. Et sachez que tous les véhicules qu’on envoie ne sont pas à revendre. Nous sommes-là aussi pour nos parents qui sont au pays. Dans ce cas, tu peux envoyer dix (10) véhicules qui ne sont pas tout à toi », a expliqué Moussa Sangaré.

Face à leurs préoccupations, ces importateurs plaident pour que la décision d’interdire l’importation des véhicules de moins de 8 ans soit revue. « Il (Président Alpha Condé, ndlr) n’a qu’à bien revoir sa décision, je l’en supplie. Il a été diapo comme nous, il connaît le problème des diapos, car il a vécu plus de trente (30) ans hors du pays. Je ne sais pas sur quelle base cette décision a été prise qui n’est pas du tout bonne pour la Guinée et voir pour l’Afrique » a soutenu Moussa Sangaré.

Voulant revenir au pays pour sa retraite avec cette activité génératrice, Moussa Sangaré ne souhaite pas de confrontation avec les autorités sur cette interdiction et appelle ses compatriotes de la diaspora a privilégié le dialogue afin de trouver solution au problème.

Il faut ajouter qu’il est interdit également l’importation des véhicules de transport dont le nombre de places est supérieur ou égal à 7 âgés de plus de 10 ans. Pour les véhicules de transport, ils doivent être âgés de 12 ans et dont le PTAC est supérieur à 3,5 tonnes.

Moïse Rama Fils