Affaire Établissements Alseny Bangoura et BCRG : les avocats de la défense dénoncent un abus de pouvoir

0
518

Conakry-Guinée : Le Collectif d’avocats des établissements Alseny Bangoura et associés à sa tête Me Paul Yomba Kourouma était devant les médias ce vendredi 26 février pour dénoncer «la prise en otage de la justice par la chancellerie et le parquet du Tribunal de Première Instance de Kaloum » dans le dossier opposant leur client au gouverneur de la Banque Centrale de la République de Guinée.

L’avocat des établissements Alseny Bangoura et associés s’insurge contre l’immixtion du département de la Justice dans le dossier opposant son client au gouverneur de la Banque centrale de la République de Guinée, Loucény Nabé. Pour Me Paul Yomba Kourouma, une tentative d’abus de pouvoir se dresse devant la procédure. « Sans désemparer, sans motif juridictionnelle vérifiable, sans titre, ni droit, le ministère de la Justice s’est ingéré dans la procédure concernant le gouverneur de la Banque Centrale de la République de Guinée, M. Loucény Nabé, dès les premières heures des querelles. Il (Ministère de la Justice (ndlr) a fait un communiqué pour démentir l’existence d’amener à l’encontre de M. Loucény Nabé. Pour cet avocat, cet acte du département dirigé par Me Mory Doumbouya sape la conviction des juges et viole leur partialité. Ce qui fait qu’à ce jour, le dossier étant déposé au Tribunal de Première Instance de Kaloum s’est volatilisé dans la nature. « Le dossier à ce jour n’existe pas au niveau du Tribunal de Première Instance de Kaloum. C’est dire que M. Loucény Nabé ne saurait être jugé par le magistrat qui pourtant s’attendait que le 22 février que cette procédure soit évoquée suite à l’exécution du mandat d’amener décerné contre lui », a-t-il fait savoir.

Selon Me Paul Yomba Kourouma, l’accusé des établissements Alseny Bangoura et associés qui n’est autre que le gouverneur de la Banque Centrale Loucény Nabé, est poursuivi pour rébellion et abus de confiance. La BCRG, ajout-il, doit 47 milliards aux plaignants. « Le procureur de la République près du TPI de Kaloum refuse de faire exécuter la décision de justice et s’il ne l’exécute pas, nous s’auront amené à le poursuivre pour abus d’autorité, entrave à la justice et pour refus de service légalement », prévient cet avocat.

Me Paul Yomba Kourouma  n’entend pas baisser les bras, il compte user de tous les recours légaux en associant les organisations de défenses des droits de l’homme et ONG voire même le Président de la République afin que lumière soit faite dans ce dossier. « Nous saisirons même le Président du Conseil Supérieur de la Magistrature, le chef de l’Etat qui est le garant de toutes nos institutions », conclut Me Paul Yomba Kourouma.

 Moïse Rama Fils