Lutte contre Ebola : les autorités guinéennes et les ministres de la Santé des pays frontaliers en conclave à Conakry

0
420

Conakry-Guinée : Depuis la résurgence de la maladie Ebola en Guinée, les autorités mettent les bouchées doubles pour circonscrire la maladie. C’est dans cette optique qu’elle a convoquée ce mardi 2 mars à Conakry une réunion des ministres de la Santé des pays frontaliers. Cette rencontre est axée sur comment trouver une stratégie commune pour limiter la propagation du virus Ebola.

C’est le Premier ministre, Ibrahima Kassory Fofana, qui a donné le coup d’envoi de cette réunion. Dans son allocution, le locataire du Palais de la Colombe est revenu sur l’importance de la coopération régionale dans la lutte contre Ebola. « Nous sommes aujourd’hui confrontés à une nouvelle situation épidémiologique qui requière une synergie d’action de tous les partenaires bi et multilatéraux, car la maladie n’a pas de frontières et son risque de résurgence n’est jamais vu. Il est l’heure de noter qu’avec l’appui de nos partenaires cette fois, nous sommes mieux préparés. Je le disais hier dans la communauté du Système des Nations Unies que cette fois nous ne subissons pas d’épidémie, nous faisons face à l’épidémie. Il y a une grande différence et la coopération régionale dont nous renforçons les liens à travers cette rencontre scientifique fait illustration des volontés communes de combattre autrui cette terrible épidémie. La Guinée, pour sa part, a pris des mesures d’urgence sanitaires, mais au-delà nous devons échanger les meilleurs pratiques sur la prévention des situations d’urgence sanitaires dans nos pays respectifs », affirme le Premier ministre.

Le représentant de l’OMS à cette réunion a réitéré l’engagement de son institution à soutenir la Guinée et ces pays frontaliers dans leur élan de riposte. « Je voulais rassurer les États membres si présents que l’Organisation mondiale de la santé et ses partenaires seront toujours à vos côtés pour mettre à la disposition de toutes les innovations et approches. Nous voulons travailler avec vous à lutter contre Ebola dans un contexte de COVID-19 et aussi à mener des enquêtes nécessaires et à prendre en charge les gens. Cela implique la garantie d’accès au laboratoire de qualité et de diagnostic. Il faut aussi qu’il y est  une transmission active des informations, une lutte intégrée au niveau des aéroports pour les exportations et au niveau des points de passages. Que cela soit des points de passage officiel ou bien les points de passage que les communautés ont l’habitude de prendre depuis les centenaires. Nous voudrions aussi vous accompagner à renforcer le système de santé pour répondre aux urgences sanitaires à moins et long terme », souligne Abdoul Dieng

Oumar Camara