Interdiction des véhicules de moins de 13 ans : le décret du Président Alpha Condé diversement apprécié par les vendeurs

0
376

Conakry-Guinée : le mardi 2 mars, dans un décret, le président de la république, le Pr Alpha Condé a interdit l’importation des véhicules datant de moins de 13 ans sur le sol guinéen. Certains vendeurs de véhicules rencontrés, le mercredi 03 Mars 2021 par notre reporter ont des avis diamétralement opposés, mais sont tous prêts à respecter la décision.

Oury Barry, vendeur de véhicules Bruxelles à Sandervalia, 4ème Avenue, dans la commune de Kaloum,  salue cette décision du président de la République. « Moi j’apprécie cette décision parce que cela met tout le monde à l’aise parce que sans la civilisation, il n’y a  pas de paix. La civilisation est un mode de vie, la manière dont on est civilisé, c’est de cette façon il faut mener sa vie. Avoir des véhicules datant de moins 13 ans, c’est une décision que j’apprécie beaucoup parce qu’il ne faut pas importer aussi de la pourriture venant de l’Europe. Parce que même nos clients qui viennent faire des achats insistent que cela soit un engin de bonne qualité, en bon état. Il ne s’agit pas d’acheter un engin aujourd’hui  et après deux ou un mois, ça tombe en panne. Cela ne va pas arranger nous les vendeurs et surtout ce qui viennent faire des achats aussi », a expliqué ce vendeur de véhicules.

À la question de savoir si cette décision du président va-t-elle engendrer des inconvénients  sur le marché guinéen, Barry Oury reconnait qu’il n’y a pas de doute à cela. Selon lui, toute décision prise entraine forcément des conséquences positives comme négatives. « Bien sûr que cela peut avoir des conséquences. Une quelconque décision prise, il y a toujours des inconvénients néfastes  comme positifs. Maintenant si cette décision a beaucoup plus d’avantages que d’anomalies, tu la maintiens, ce qui est sûr cela va jouer sur beaucoup de citoyens. Si hier ton économie de permettait d’avoir un véhicule à 45 ou 50 à millions avec ce décret, il faut maintenant 90 millions  voire plus même. Donc beaucoup vont rester sans moyen de déplacement, donc c’est comme cela », conclut-il.

Quant à Ibrahima  Doumbouya, vendeur de véhicules, ne partage pas le même avis que son prédécesseur. Selon lui, cette décision va entrainer le chômage dans beaucoup de domaine, mais aussi il soutient que le peuple de Guinée, 80% n’a pas les moyens-là donc il souhaite que le président revoie encore ce décret pour le bonheur de son peuple. « Cette affaire d’interdiction de l’importation de véhicules va toucher assez de personnes à commencer par nos compatriotes résident en Europe, sans papiers légaux. Donc ce décret les concerne tous notamment les transitaires d’ici, les mécaniciens, les tôliers, les chauffeurs, c’est dans ça ils vivent. Donc vous imaginez, c’est toute une chaîne qui est concernée. Suite à ça ne sera pas facile. Donc, interdire l’importation de véhicules de moins de 13 ans pourtant même les citoyens guinéens n’ont pas les moyens-là. Parce que quand vous calculez à travers cette  nouvelle décision, cela veut dire qu’il faut préparer au minimum 5 000 Euros pour au moins une voiture uniquement pour l’achat en Europe. D’abord nous avons les voitures de 2010 avec nous ici, dès que tu dis le prix à un client, il te fuit complètement, c’est très rare de voir un client qui vient directement pour acheter un véhicule à 20 millions, la majorité prenne en dette parce que si on analyse bien d’après la décision du président, quand vous calculez  dans ce cas, la dépense qui va entrer dans l’importation d’un véhicule peut aller jusqu’à 100 millions voire plus. Maintenant nous allons revendre à combien ? Les gens qui n’ont pas d’abord les moyens de payer à 20 millions sur le coup, est-ce qu’il peut acheter une telle voiture même. Donc cela va créer des problèmes à tous les niveaux, mais nous sommes derrières eux, mais le gouvernement n’a qu’à revoir encore », a plaidé M. Doumbouya.

Saraf Dine Condé