Chef de file de l’opposition : Mamady Kaba met en cause le statut de Mamadou Sylla

0
301

Conakry-Guinée : Dr Mamady Kaba, ancien président de l’Institution Nationale Indépendante des Droits Humains (INIDH), a passé au scanner le statut de chef de file de l’opposition guinéenne ce mardi 9 mars quand il a été interrogé par guineetimes.info.

L’actuel président de la LIDDA pense que l’honorable Mamadou Sylla ne remplit pas les critères relatifs à son statut. Parmi les critères fondamentaux régissant le statut du chef de file de l’opposition, trois ont retenus l’attention de l’ancien président de l’INIDH. Selon le désormais président de la Ligue pour le Droit et la Démocratie en Afrique (LIDDA), le chef de file de l’opposition doit forcément appartenir à l’opposition. Il doit avoir la légitimité lui permettant de porter la voix de toute l’opposition et celle extra-parlementaire, mais également avoir le plus grand nombre de députés à l’assemblée nationale.

Pour Mamady Kaba, se fondant sur ces aspects, l’honorable Mamadou Sylla ne remplit pas ces critères n’étant pas de l’opposition. « Nous sommes arrivés à démontrer qu’il n’est pas suffisamment légitime pour être porte-parole de l’opposition. Il ne remplit que le troisième critère, c’est-à-dire qu’il a le plus grand nombre de députés à l’Assemblée Nationale après la mouvance présidentielle », explique-t-il. N’ayant pas la légitimité de parler au nom de l’opposition, poursuit-il, Mamady Kaba estime tout de même que Mamadou Sylla ne peut être seulement qu’un membre du cabinet de la mouvance présidentielle. Pour lui, le président de la RRD est la personne la mieux placée dans cette situation. «Abdoulaye Kourouma du RRD qui n’a qu’un seul député à l’Assemblée Nationale rempli plus les critères que l’honorable Mamadou Sylla pour être porte-parole de l’opposition et être chef de file de l’opposition. C’est lui qui remplit le critère fondamental qui est celui d’appartenir à l’opposition », a insisté l’ancien président de l’INIDH. Sur la base de ses analyses, le président de la LIDDA interpelle la 9ème législature dans ce sens. « Le bureau de l’Assemblée Nationale doit se saisir de la question et choisir. S’il est obligatoire d’avoir un chef de file de l’opposition, alors là il faut revoir la copie et rectifier le tir. Mais si ce n’est pas une obligation d’avoir un chef de file de l’opposition, je pense que la 9ème législature peut s’en passer et continuer à travailler conformément à sa mission », a-t-il suggéré.

Mamady Kaba précise qu’il n’a rien contre l’honorable Mamadou Sylla, mais sa démarche consiste à ce que le débat sur la démocratie soit maitrisé.

Moïse Rama Fils