Obsèques de Djibril Tamsir Niane : les ultimes hommages à l’illustre disparu

0
397

Conakry-Guinée : C’est dans le stricte respect des mesures barrières que s’est tenue les obsèques du grandissime historien et écrivain guinéen, Djibril Tamsir Niane, ce lundi 15 mars au chapiteau du Palais du peuple.

Tous consternés, plusieurs membres du gouvernement guinéen ont effectué le déplacement pour transmettre leur adieu à cette grande sommité de l’histoire générale de l’Afrique.

En effet, c’est dans les alentours de 12h 30 qu’on a observé l’arrivée du corps de l’écrivain, sous les vives émotions d’un parterre de délégations venues du Sénégal, du Chef de l’Etat le Pr Alpha Condé, les membres du gouvernement, les acteurs littéraires et culturels, quelques diplomates accrédités auprès de la République de Guinée, ses consanguins et des personnes anonymes.

Tour à tour, les officiels guinéens et étrangers présents ont affectueusement passé les messages de condoléances à la famille Niane et l’ensemble des Guinéens.

Venus en premier pour témoigner la reconnaissance de la nation, le ministre de l’Information et de la Communication, Amara Somparé, a dressé le parcours impressionnant de l’illustre disparu. « Djibril Tamsir Niane est né le 9 janvier 1932 à Conakry. Après son DES en histoire à l’université de Bordeaux 1959, il se mettra automatiquement au service de sa nation qui avait tant besoin des cadres pour le fonctionnement de l’administration, entame-t-il. Après avoir successivement occupé les fonctions de proviseur au lycée classique de Donka et doyen de la Faculté des lettres et des sciences humaines à l’université de Conakry, Djibril Tamsir Niane créa la première maison d’éditeur en Guinée ».

Plusieurs témoignages allant dans le sens de magnifier le parcours exceptionnel de l’historien Djibril Tamsir Niane ont été faits. De sa réalisation culturelle à sa contribution de la tradition, l’oraison  funèbre de l’auteur de « Soundjata keita et l’épopée du mandingue » a été plein de sens, de l’émotion à l’affection et de regrets.

Un peu plutôt, son fils Daouda Tamsir Niane a relaté la nature de son père. « C’est d’abord un pédagogue, un formateur, un éducateur et un bon père qui a su nous encadrer toute la vie et qui va beaucoup nous manquer », déclare-t-il.

Amara Touré