Kankan : le fleuve Milo étouffé

0
306

Kankan-Guinée : Considéré auparavant comme la vitrine de la Haute Guinée, le fleuve Milo est de nos jours menacé de disparition. Face à cette situation, le responsable local du service des eaux et forêts de Kankan sort de son silence nous rapporte ce vendredi 26 Mars 2021 notre correspondant basé dans la préfecture.

Sous le poids des faits anthropiques, le fleuve Milo risque de disparaître si rien n’est fait. Ce bijou naturel qui longe la ville de Kankan faisait la fierté des habitants de Nabaya. Pour le Capitaine Nyakoye Kogbomou, le constat est amer. « Aujourd’hui, nous constatons amèrement que le fleuve est devenu un dépotoir d’ordures. Chacun prend ses déchets n’importe comment pour venir les déverser dans le lit du cours d’eau au vu et au su de tout le monde. Ce qui fait que nous assistons au mauvais état du Milo actuellement. A chaque fois que nous tentons de reboiser les berges, des individus viennent arracher les jeunes plantes. C’est un danger que nous sommes en train de créer au tour de nous comme cela », déplore-t-il.

Poursuivant, le Chef service des Eaux et Forêts situe la responsabilité de cette pratique à tous les niveaux. « On peut situer la responsabilité à tous les niveaux. Tout le monde à sa part. Citoyens comme autorités et même les journalistes. Si nous n’agissons pas ensemble, je pense que nous allons assister au pire. Chacun doit participer à la sensibilisation », insiste-t-il.

Pour que le Milo retrouve son image d’antan, le capitaine Nyakoye Kogbomou annonce des dispositions à prendre. « Il faut opter pour l’assainissement, nous devons veiller à la propreté du lit de ce cours d’eau. Grâce à nos démarches menées, notre ministère nous a garanti le reboisement de 10 hectares des berges du Milo. Mais souvent des individus mal intentionnés arrachent des plantes ce qui nous fatigue beaucoup ».

Le manque de civisme est souvent un frein au reboisement. Pour ce fait, il faut que chacun participe à l’éducation environnementale et la sensibilisation, ajoute le Chef des conservateurs de la nature de Kankan.

Sékou CAMARA