Société civile guinéenne : le Forum des jeunes africains dénonce sa politisation

0
197

Conakry-Guinée : Le Forum des jeunes africains pour la promotion de l’Union Africaine était face à la presse ce mardi 30 mars à Conakry. A cette occasion, cette structure a dénoncé la politisation de la société civile en République de Guinée.

Cherif Mohamed, président de cette entité, a flingué les relations qu’entretiennent les responsables des organisations de la société civile et certains leaders des partis politiques. « Ce que nous dénonçons au niveau des représentants des ONG de défense des droits de l’homme en Guinée, c’est que nous avons remarqué d’après certaines enquêtes qu’il y a certainement une grande relation entre certaines ONG et les partis politiques. De ce fait, nous sommes en train de dénoncer ces faits  parce que des informations envoyées auprès des Nations Unies pour leur permettre de classer la Guinée sur certains sujets ne reflètent pas la réalité du terrain. Tout simplement parce que les dirigeants de ces ONGs sont des militants des partis politiques cachés. Nous dénonçons ces faits et nous remettons en cause tous ces rapports qui ont été fournis auprès de toutes les institutions de défense des droits de l’homme à l’internationale », a-t-il affirmé.

Le président du Forum des jeunes africains pour la promotion de l’Union Africaine a aussi lancé un appel pour la mise en place d’un observatoire de la société civile afin de pouvoir régulariser les activités de la société civile. « Nous lançons un appel pour la mise en place d’un observatoire de la société civile guinéenne. Un observatoire qui va être là pour réguler ou sinon régulariser les différentes activités de la société civile pour ne plus que tout le monde se permette de parler au nom de la société civile guinéenne. Il faudrait bien qu’il y ait une organisation mise en place pour pouvoir savoir qui est de la société civile et qui ne l’est pas. Il faudrait que la société civile se remette en cause pour se reconstituer afin qu’elle soit crédible et légitime aux yeux du peuple de Guinée », a conclu Mohamed Chérif.

Oumar Camara