Wanidara : les lampadaires du quartier en pannes, les citoyens craignent le retour du banditisme

0
440

Conakry-Guinée : Les lampadaires de certaines ruelles de Wanindara 1 ont cessé de s’allumer depuis plusieurs jours. Les citoyens de ce quartier s’inquiètent du retour du grand banditisme dans leur  localité, suite au non-fonctionnement de ces éclairages publics.

C’est précisément sur les rues du secteur Djibril Sylla du quartier Wanindara 1 où les éclairages publics sont éteints il y a plusieurs semaines témoigne  Abdoulaye Salim CAMARA citoyen du secteur en question. « Il y a de cela à peine 1 mois, ces lampadaires-là vraiment ne s’allument pas comme auparavant parce que dans les temps dès 18h ces lampadaires-là  étaient allumés jusqu’à presque x heures et cela nous aidait beaucoup », explique Abdoulaye Salim.

Le non-fonctionnement de ces éclairages publics suscite l’inquiétude chez les citoyens qui craignent de revoir le retour du banditisme dans leur contrée. « Les bandits profitent toujours de l’obscurité pour s’attaquer aux gens, faire le brigandage, casser les maisons, les portes des gens etc… Voilà donc cela nous inquiète beaucoup. Lorsque ces lampadaires étaient allumés vraiment on n’enregistrait pas les cas de vols dans le quartier », témoigne Fatoumata Barry.

Ces lampadaires permettent de garantir la sécurité des femmes qui se lèvent très tôt le matin pour aller se procurer des marchandises. Mais elles  sont aujourd’hui  les premières à être exposés au risque des braquages des bandits avec le retour de l’obscurité dans les ruelles  de ce quartier. Comme nous fait savoir cette habitante qui a son domicile près des rails. « Notre lampadaire dans le quartier ne s’allume plus, cela fait des mois maintenant. Il y a beaucoup de conséquences parce que nous sommes à côté des rails, donc tout le monde sait qu’il y a les bandits là-bas. Chez nous, il y a des femmes qui vont à Matoto qui se lèvent à 4h du matin pour aller à Matoto. Donc, il y a les bandits partout s’il n’y a pas de lampadaires dans le quartier, c’est très dangereux. Les femmes vont à Matoto vendre et venir préparer pour les enfants, donc s’il y a les bandits, c’est difficile », dit-elle.

Les citoyens de ce quartier sollicitent l’implication des autorités  au sommet pour que ces lampadaires qui constituent un moyen de sécurisation des populations soient réparés. « C’est d’interpeller les responsables de l’EDG et même Mme la ministre de l’Energie et voir même le chef de l’Etat pour voir la situation ».

Pour l’heure, on ignore les raisons pour lesquelles les lampadaires de ce secteur se sont éteints. Alors que ceux des secteurs voisins s’allument régulièrement.

Oumar Camara