Ramadan au Marché Madina : le cri de cœur des clients et commerçants sur la flambée des prix

0
439

Conakry-Guinée : En cette période du mois saint de Ramadan, les prix sont à la hausse au marché Madina où nous avons fait un constat en ce premier jour de ce mois de pénitence. Une situation qui inquiète les clients qui pointent un doigt accusateur aux commerçants sur ce fait.

D’après leur constat, c’est à l’approche de chaque mois de Ramadan que certains commerçants se livrent à ces pratiques peu orthodoxes en augmentant le prix des denrées alimentaires. « Le prix a tellement grimpé d’une manière, on ne sait vraiment pas quoi dire aux clients. Aujourd’hui, ils peuvent trouver un article à 10 milles francs et demain revenir avec le même article pour un autre prix plus élevé. Tous les jours, les prix grimpent et cela joue également sur nous avec la fermeture des frontières avec le Sénégal et la Guinée-Bissau. En plus, au Port autonome également, le dédouanement des marchandises a augmenté à 70% », s’est plaint Mamadou Diouma Diallo, commerçant.

Interrogés, certains clients déclarent que la hausse des prix des denrées de premières nécessités n’est pas liée au mois saint de Ramadan. Il était déjà constaté bien avant, a fait remarquer Aboubacar Camara. « Le marché est dur, les prix ont flambé (…) le Ramadan a trouvé cette augmentation et partout où tu vas, chaque commençant fixe le prix selon ses humeurs. On ne sait plus comment on va passer ce mois si la situation continue ainsi », dit-il.

Quant à Bountouraby Soumah, elle estime que les femmes sont les plus touchées par cette conjoncture. « Nous avons assez de préoccupations actuellement au marché parce que nous les femmes, la dépense que nos époux nous donnent ne suffit plus (…) Toutes les marchandises qui arrivent, tous les prix ont presque doublé pour certains et triplés pour d’autres », s’est-elle lamentée.

A noter que le sac de riz de 50 kg est passé de 320 à 350 milles francs, le bidon d’huile de karité de 200 à 300 milles francs guinéen. Quant au kilo de viande, il se discute désormais entre 60 à 65 milles francs et le kilo de sucre varie entre 8500 à 9000 francs guinéen.

Moise Rama Fils