Histoire de la Guinée : Kabinet Komara déplore assez de zones d’ombre

0
333

Conakry-Guinée : L’ancien Premier Ministre sous la junte militaire, Kabinet Komara, a estimé ce week-end que la Guinée était en manque d’historiens capables de relater les faits qu’a connus le pays. Ce fait s’expliquerait selon lui à l’agression de la Guinée pendant le premier régime dirigé par le feu Président Ahmed Sékou Touré, le 22 novembre.

Il invite ainsi ces témoins de l’histoire à fouiller les documents déclassifiés récemment par le Portugal afin que lumière soit faite sur cette page sombre de l’histoire du pays.

Dans sa prise de parole lors de la présentation du livre de la Promotion Mao de l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry à l’occasion des 72 du Livre, l’ancien Premier ministre a fait remarquer que de nos jours, la Guinée n’a plus d’historiens qui peuvent retracer fidèlement les faits marquants du pays. « Un pays qui n’a pas d’historiens ne peut pas écrire son histoire dans la sincérité, dans la paix et dans la quiétude. Il perd ses repères », a fait remarquer Kabinet Komara.

Sur l’agression du 22 Novembre 1970, Lansana Komara pense que des zones d’ombre entourent cette page de l’histoire du pays du Camarade Ahmed Sékou Touré. « Peu de gens savent réellement ce qui s’est passé le 22 novembre 1970. Il y a quatre (4) lots de positions partisanes. Et je crois que la Promotion  »MAO » peut me faire l’honneur de réécrire cette page extrêmement difficile de notre pays. Puisque le 22 novembre est une date tournante et essentielle qui a changé beaucoup de chose dans notre pays », a-t-il pensé.

L’ancien Premier Ministre annonce que l’un des pays agresseurs de la Guinée en cette date du 22 novembre 1970 à l’occurrence le Portugal a déjà déclassifié les archives qui sont disponible depuis plusieurs mois. Il fait une invite aux historiens afin de clarifier la lanterne de la nouvelle génération. « Si la France n’a pas donné, le Portugal a donné ses archives sur le 22 novembre et à travers ça, vous pouvez remonter pour que la jeunesse sache effectivement ce qui s’est passé », a suggérer l’ancien locataire du Palais de la Colombe.

Pour rappel, le 22 novembre 1970, la Guinée fut attaquée par trois forces impérialistes qui sont la France, le Portugal et l’Allemagne. Chacun de ces pays avait une raison particulière de son geste et plus de 300 Guinéens étaient tombés ce jour sous les balles des agresseurs.

Moïse Rama Fils