La pandémie du covid-19, réelle menace sur l’existence des médias indépendants

0
459

Le déclin financier de nombreuses organisations de médias d’intérêt public dans le monde fait partie des effets secondaires dangereux de la pandémie de Covid-19, a déclaré le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, lors d’une réunion co-organisée cette semaine par les Nations Unies pour renforcer le soutien au secteur.

Les journaux ayant perdu à eux seuls environ 30 milliards de dollars l’année dernière, « certains craignent que la pandémie n’entraîne ‘l’extinction des médias’ », a averti le chef de l’ONU.

« Nous ne pouvons pas nous permettre de laisser cela se produire », a-t-il dit dans un message préenregistré. « Le maintien d’un journalisme indépendant et factuel est un bien public mondial essentiel pour bâtir un avenir plus sûr, plus sain et plus vert ».

Le Secrétaire général a appelé les pays à soutenir le nouveau Fonds international pour les médias d’intérêt public, en particulier pour assurer l’avenir des organisations de médias indépendantes dans les pays à revenu faible ou intermédiaire.

La discussion qui a eu lieu mercredi avant la Journée mondiale de la liberté de la presse, le 3 mai, était co-organisée par le Département de la Communication globale des Nations Unies (DGC) en coopération avec l’organisation philanthropique Luminate, en appui à ‘Vérifié’, une initiative des Nations Unies visant à partager des informations factuelles sur la Covid-19. Melissa Fleming, qui dirige le DGC, a animé l’événement.

Une question de vie ou de mort

La pandémie a révélé à quel point l’accès à des informations fiables est plus qu’un simple droit humain fondamental, mais aussi une question de vie ou de mort, et l’ONU s’emploie à lutter contre les informations fausses et trompeuse, ainsi que contre les discours de haine, qui se sont multipliés. avec le nombre de cas.

Le Ministre de l’information du Ghana, Kojo Oppong-Nkrumah, a déclaré aux participants que « l’infodémie » n’a fait qu’aggraver les difficultés économiques auxquelles les médias sont confrontés.

« Alors que des gens fabriquent de fausses informations et les diffusent, et que les revenus des médias sont réduits et que, par conséquent, les niveaux de professionnalisme dont vous avez besoin ont tendance à en souffrir, l’effet combiné est que la crédibilité des médias est menacée, en particulier lorsqu’ils commencent à diffuser certaines de ces informations erronées ou fabriquées », a-t-il déclaré.

Réductions de salaire, mises à pied, bilan de santé mentale

Le fait que la pandémie étrangle les médias dans le monde a été confirmé dans une enquête menée auprès de 14.000 journalistes et responsables de l’information dans 125 pays, menée par le Centre international des journalistes (ICFJ) et l’Université Columbia, tous deux basés aux États-Unis.

Les médias dépendent des revenus publicitaires, et plus de 40% ont signalé des baisses comprises entre 50 et 75%. Le résultat a été des réductions de salaire et des licenciements de personnel « à un moment où les gens avaient désespérément besoin d’informations », a déclaré Joyce Barnathan, Présidente de l’ICFJ.

Leur étude a également révélé les conséquences mentales de la pandémie sur les personnes qui nous apportent des informations.

Environ 70% des journalistes ont estimé que les impacts psychologiques et émotionnels étaient la partie la plus difficile de leur travail. Environ un tiers ont déclaré que leurs organisations ne leur avaient pas fourni d’équipement de protection. Une autre étude a révélé que les femmes journalistes ont également signalé des attaques « choquantes ».

L’avenir des démocraties est en jeu

Alors que les économies reviennent lentement à une nouvelle normalité, Mme Barnathan s’attend à ce que les revenus publicitaires reviennent également. Cependant, elle se demande si leurs niveaux seront suffisants pour financer des médias d’intérêt public dynamiques à l’échelle mondiale.

« Ce n’est pas seulement le journalisme qui est menacé mais, à mon avis, l’avenir des démocraties », a-t-elle déclaré.

La journaliste philippine primée Maria Ressa a partagé cet avis, affirmant que la « mission » du journalisme n’a jamais été aussi importante. La plupart des gens reçoivent maintenant leurs informations des médias sociaux tels que Facebook, mais elle a déclaré que ces mêmes plates-formes « sont biaisées contre les faits ».

« Si nous n’avons pas de faits, nous n’avons pas de réalité commune », a déclaré Mme Ressa, lauréate cette année d’un prix de l’ONU pour la liberté de la presse. « Un mensonge dit un million de fois devient un fait. Sans faits, nous ne pouvons pas avoir de vérité. Sans vérité, nous ne pouvons pas avoir confiance ».

Avec le modèle commercial actuel du journalisme essentiellement « mort » et la publicité siphonnée par Facebook et d’autres géants de la technologie, Mme Ressa a souligné que les organisations de médias d’intérêt public doivent « faire avec le monde de la technologie » pour survivre.

La journaliste Maria Teresa Ronderos de Colombie a estimé que la période actuelle de « perturbation » pourrait conduire à l’expérimentation et à l’innovation dans la profession. Elle a souligné le besoin de financement. « Si le journalisme obtient le soutien dont il a besoin à très grande échelle, il peut utiliser la technologie pour faire des reportages d’investigation, pour se connecter avec les gens, pour se connecter avec le public, d’une manière beaucoup plus qualitative ».

ONU INFOS