Journée internationale de la liberté de la presse : la HAC délivre les premières cartes professionnelles de presse

0
229

Conakry-Guinée : La Haute autorité de la communication (HAC) a délivré les premières cartes professionnelles de presse ce lundi 3 mai à Conakry. C’était en faveur de la Journée internationale de la liberté de la presse. La cérémonie a regroupé plusieurs personnalités dont entre autres : certains membres du gouvernement, les responsables des associations professionnelles de presse ainsi que les professionnels des médias.

Le président de la HAC a rappelé : « La carte professionnelle de presse permet à son détenteur d’accéder à toutes les sources d’informations, excepté celles que la loi protège et de profiter des privilèges, notamment en matière de protection qu’elle procure. Le collège des commissaires à décider de la rendre gratuite pour faciliter son acquisition par tous les journalistes ».

Boubacar Yacine Diallo est revenu sur les statistiques des dossiers reçus par son institution. « Les résultats de cet engagement commun sont très encourageants. Les chiffres sont éloquents :

Nombre de postulants : 4000

Nombre de postulants enrôlés : 2400

Nombre de dossiers jugés acceptables : 1686

Nombre de dossiers jugés irrecevable : 638 ». Le président de la HAC invite les journalistes à faire bon usage de ces cartes professionnelles de presse. Le doyen Yacine Diallo a également sollicité auprès des autorités administratives, judiciaires, sécuritaires de veiller à ce que les détenteurs de ces cartes puissent travailler librement.

La clémence pour le confrère Amadou Diouldé Diallo

La célébration de cette Journée internationale sur la liberté de la presse est marquée par la détention de deux journalistes à la maison centrale. Le président de la Haute autorité de la communication, Boubacar Yacine Diallo, a demandé la clémence en faveur du journaliste historien Amadou Diouldé Diallo, détenu depuis plus de deux mois à la Maison centrale de Conakry. « Je voudrais, du haut de cette tribune, réaffirmer mon irréversible attachement au respect par tous de la loi L002 qui encadre le travail du journaliste. Une loi qui consacre la dépénalisation des délits commis par voie de presse. C’est pourquoi, je renouvelle ma demande de clémence en faveur du journaliste détenu préventivement, afin qu’il puisse recouvrer sa liberté », a-t-il souligné.

Dans son discours de circonstance, le ministre Conseiller spécial du président de la République, porte-parole du gouvernement, Tibou Kamara, a interpelé son homologue de la Communication sur l’organisation des états généraux qui selon lui va permettre de mettre les points sur les i. « Je pense que l’âge de la maturité a sonné pour la presse. Il est extrêmement important que dans un cadre de concertation et d’échange que nous puissions sans complaisance en toute liberté de conscience et de responsabilité mesurer le chemin parcouru, regarder en face les difficultés et les  opportunités et les défauts de cette presse. Je voudrais donc vous dire que vous aurez le soutien du président de la République ainsi que l’ensemble du gouvernement pour dégager des perspectives meilleures pour chacun et tous », a-t-il déclaré.

Oumar Camara