Interdiction des prières nocturnes : l’imam de la mosquée de Kipé invite les musulmans au respect de la décision

0
310

Conakry-Guinée : Dans un communiqué, le Secrétariat général des Affaires religieuses a interdit les prières nocturnes collectives des dix derniers jours du mois de Ramadan dans les mosquées. Une pilule difficile à avaler  pour certains  fidèles  musulmans qui déplorent  cette décision.

Sur cette question, notre reporter a joint au téléphone El Hadj Mohamed Soumah, imam ratib de la grande Mosquée de Kipé. Il déplore la façon de prendre cette décision et s’en remet à la volonté de Dieu. « Cette décision, moi je n’ai rien à dire, je m’en remets juste à Dieu parce que tout ce qu’on ne veut pas que les fidèles fassent, il ne faut pas les laisser commencer. Tout le monde était motivé pour implorer Dieu dans ces dix derniers jours, ils ont commencé après vous les obligez d’abandonner », déplore l’imam.                   

Cette décision du Secrétariat général a refroidi les ardeurs des fidèles musulmans de Guinée qui avaient entamé cette prière nocturne. El hadj Mohamed Soumah affirme que les musulmans respectent les gestes barrières dans les mosquées. Ce qui n’est pas le cas dans les marchés et autres lieux publics. « Quand on voit quelqu’un qui va à la mosquée la nuit, il se lave d’abord, après il fait ses ablutions. Eux, ils demandent à ce qu’on lave nos mains, mais à la mosquée ce n’est pas que les mains qu’on lave, ils disent aussi que les gens vont à la mosquée de 0h à 4h, mais les gens partent aussi à Madina de 5h à 19h et là-bas on ne se lave pas, on ne fait pas les ablutions, il y a des commerçants qui sont-là sans masque, mais là-bas, ce n’est pas interdit », s’insurge-t-il.

Il a par la même occasion invité les fidèles musulmans à faire leurs prières à la maison. « Je vais dire à tous les musulmans de bien faire leurs prières et des invocations  dans les maisons si bien entendu ils ont des personnes qui peuvent les faire prier», conseille El Hadj Mohamed Soumah. Il exhorte les fidèles musulmans à ne pas faire la pagaille et à respecter la décision des autorités.

Oumar Camara