Affaire Nanfo Diaby : Dansa appelle à la responsabilité des instigateurs de son arrestation

0
251

Conakry-Guinée : Pendant que le prédicateur Nanfo Diaby vient d’être déféré à la prison centrale de Kankan, le président du Conseil Nationale des Organisations de la Société Civile Guinéenne, dans un écrit, a affiché son désaccord contre les agissements sur l’imam et prédicateur ce lundi 17 mai 2021.

«J’affiche un désaccord personnel contre les agissements de cet homme (Nanfo) dans les limites de mon niveau de connaissance de l’islam et de la loi pénale.

Mais cependant:

 1. Comme d’autres qui m’ont précédé, je suis contre les agissements de Nanfo en ce qui concerne la prière dans une autre langue que l’arabe, langue de révélation et d’écrire du Coran, parole de Dieu ;

 2. S’il y a conflit, c’est avec la loi islamique et la morale religieuse, mais il n’y a pas d’infraction pénale. Car il a conduit une prière à domicile et non en un lieu public… ;

3. Il faudrait que les autorités religieuses se dotent d’une approche plus pédagogique et scientifique de persuasion de l’homme et ses fidèles pour que tout le monde comprenne qu’il est égaré. Mais les égarés encourent la colère de Dieu, et non des hommes, surtout dans un pays laïc ;

 4. Jusqu’à présent l’approche utilisée est contre-productive et conduit à la radicalisation de l’homme et de ses fidèles, d’ailleurs qui se résument à quelques amis, disciples et membres de sa famille. L’arrestation et les circonstances de son arrestation sont une offense aux principes de la laïcité et du libre exercice de la foi religieuse dans le pays ;

 5. Des enfants, des pauvres femmes et des innocents gazés dans des circonstances qui ressemblent à une scène hollywoodienne dans une République qui prône la laïcité dans l’article 1er de sa Constitution est un abus intolérable. Au même moment, des confréries sataniques, idolâtres polluent notre environnement devant le regard tolérant des religieux. Pourquoi tant d’acharnement et d’intérêt contre un individu ?

J’en appelle à la responsabilité des instigateurs de cette arrestation qui prend l’allure d’une persécution qui fertilise les velléités de radicalisation et favorise l’extrémisme violent.

Ceux qui accusent Nanfo doivent apporter les preuves que ses agissements violent la morale collective, transgressent les lois de la république et par conséquent troubles l’ordre public.

Je termine en lançant cet appel aux promoteurs de l’alphabet Nko, j’en appelle à leur prise de position claire dans cette affaire. A mon humble avis, le Nko, selon son inventeur, est un moyen d’expression de la dignité et de la culture africaine et non un vecteur d’anarchie, de confusion ou de conflit identitaire.

Oui, le Nko pour comprendre le Coran, les hadish, mais non pas pour prier en Nko. Mais quelle que soit l’issue de ce feuilleton, Nanfo, à travers le Nko, aura contribué à populariser les connaissances coraniques pour les illettrés en arabe», a écrit Dansa Kourouma.

Moïse Rama Fils