Célébration des 58 ans de l’UA : voici le discours intégral du ministre des affaires étrangères

0
312

Conakry-Guinée : La République de Guinée à l’instar des autres Etats membres, célèbre le 25 mai, la journée de l’Afrique, sous le thème « Les Arts, la Culture et le Patrimoine : Leviers pour l’édification d’une Afrique que nous voulons ».

Cet anniversaire se déroule dans un contexte marqué par l’évolution de la pandémie de la Covid-19 et ses répercussions négatives sur l’ensemble des secteurs économiques de nos pays respectifs et l’endeuillement des populations suite au nombre important de décès enregistrés.

Je renouvelle les condoléances des autorités guinéennes aux familles affectées et prie pour le repos des âmes des illustres disparues.

Je voudrais exprimer au nom de Son Excellence Professeur Alpha CONDE, Président de la République et de son gouvernement, les remerciements du peuple de Guinée à la communauté internationale, à nos partenaires bi et multilatéraux notamment l’Organisation Mondiale de la Santé pour les efforts qu’ils ne cessent de déployer pour aider nos pays à lutter contre la pandémie de Coronavirus et à vaincre Ebola.

Chers compatriotes,

La journée de l’Afrique offre l’opportunité d’évoquer la mémoire des pionniers de nos indépendances nationales, des panafricanistes qui, le 25 mai 1963, ont décidé de mettre sur pied cette organisation, en vue de défendre les intérêts majeurs de l’Afrique sur la scène internationale, de promouvoir l’unité et l’émancipation du continent avec pour objectif premier de le débarrasser du joug colonial.

La mutation de l’OUA à l’Union africaine (UA), témoigne de la volonté de nos dirigeants de réaliser l’intégration du continent et à promouvoir son développement économique.

A travers l’Agenda 2063, l’Union africaine s’est dotée d’une stratégie et une vision commune pour l’atteinte des objectifs du Millénaire pour le développement, l’éradication de la pauvreté, de la maladie, de la faim, la résolution des conflits, la réduction des inégalités avec un accent sur les couches vulnérables que sont les femmes et les jeunes, avec le soutien de la communauté internationale.

En outre, si des avancées significatives sont enregistrées dans le processus de rétablissement de la paix et de la consolidation de la démocratie en Afrique, à travers la mise en place de stratégies et de mécanismes de lutte contre le terrorisme transfrontalier, le tableau reste perturbé par les crises multiformes qui perdurent çà et là.

Chers compatriotes,

Le thème retenu : « les Arts, la Culture et le Patrimoine : Leviers pour l’édification d’une Afrique que nous voulons », s’inspire de l’Agenda 2063 en tant que cadre stratégique commun et plan directeur dans son inspiration 05 qui envisage une Afrique dotée d’une forte identité, imprégnée d’une unité culturelle et d’une conscience panafricaine.

Ce thème matérialise le désir d’amplifier, de rationnaliser et de renforcer la contribution des Arts et de la Culture au développement et à l’intégration socio-politique des Etats africains.

Dans ce cadre, conformément à la résolution adoptée lors de la 3ème réunion du Comité technique spécialisé sur la jeunesse, la culture et le sport, tenue à Alger en octobre 2018, la Commission de l’Union africaine a lancé le processus de révision du plan d’action actuel afin de tirer profit des énormes opportunités qui s’offrent aux Etats membres dans le domaine des industries culturelles et créatives.

Ce plan repose sur les dispositions du Traité d’Abuja de juin 1991, du plan d’action de Dakar sur les industries culturelles (1992), des premiers plans d’action révisés de l’Union africaine sur les industries culturelles et créatives (2008) et la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf).

La révision a également pris en compte les conditions qui ont prévalu à l’élaboration de la loi type de l’Union africaine sur la protection des biens et du patrimoine culturel, ainsi que les statuts de la Commission africaine de l’audiovisuel et du cinéma.

Le prochain plan d’action vise à renforcer les industries culturelles et créatives en Afrique, afin d’accroitre leur rôle conformément à la Charte de la renaissance culturelle africaine (2006) et celle des Nations Unies pour le développement durable à l’horizon 2030 (2015).

Dans cette perspective, la Guinée propose l’organisation, en marge de chaque sommet annuel de l’Union africaine, l’organisation d’un festival panafricain des arts et de la culture avec la participation des meilleurs acteurs et troupes régionales.

Cette initiative cherche à fédérer les festivals régionaux. Au terme de cette manifestation de haut niveau, des prix pourraient être décernés par catégorie d’activités.

Chers compatriotes,

Dans son combat permanent pour la promotion de la culture africaine en général, la Guinée a joué un rôle d’avant-garde.

Le parcours historique à travers le monde dès les premières heures de notre indépendance, des troupes artistiques de renommés internationales, comme « les ballets africains de Guinée.

Transmis par la cellule de communication