Le journaliste Habib Marouane Camara convoqué : le SPPG lui apporte son soutien

0
260

Conakry-Guinée : C’est dans une déclaration rendue publique tard dans la soirée du samedi 29 mai que la nouvelle équipe du Syndicat des Professionnels de la Presse a apporté à nouveau son soutien indéfectible au journaliste du site d’information lerévélateur224.com.

En effet, Habib Marouane Camara est traîné en justice par le Ministre de Sports, Sanoussy Bantama Sow, pour diffamation au Tribunal de Première Instance de Kaloum où il doit se présenter le mardi 1er juin devant le juge. Ci-dessous l’intégralité de cette déclaration :

SYNDICAT DES PROFESSIONNELS DE LA PRESSE DE GUINÉE(SPPG).

Déclaration numéro 001/SPPG/2021.

Le syndicat des professionnels de la presse de Guinée suit de très près le dossier du journaliste Habib Marouane CAMARA poursuivi pour diffamation, par le ministre des sports Sanoussi Bantama SOW. À peine élu, le nouveau bureau exécutif du SPPG a été accueilli par un rebondissement curieux dans cette affaire qu’on croyait derrière nous. En effet, le directeur de publication du site d’information lerevelateur224.com est invité à se présenter une nouvelle fois, au tribunal de première instance de Kaloum le mardi 1er juin 2021 à 10h. Quand on analyse l’évolution de cette affaire, l’on est amené à se poser un certain nombre de questions:

D’abord, pourquoi a-t-on laissé l’auteure des propos incriminés pour poursuivre un journaliste qui n’a fait que relayer des affirmations assumées sur son site?

Pourquoi a-t-on ignoré le média dans lequel ces propos ont préalablement été tenus avant d’être relayés dans les colonnes du  lerevelateur224.com ?

S’agit-il de la stratégie qui consiste à s’attaquer au maillon faible de la chaine? Ou de la volonté de taire une plume, peut-être gênante ?

Il faut rappeler qu’au début, n’eut été l’alerte du SPPG et des avocats, la direction centrale de la police judiciaire a voulu traiter ce dossier sur la base de la loi portant cyber sécurité en ignorant complètement la L002 qui porte sur la liberté de la presse en République de  Guinée. Là également, l’on se demande s’il n’y avait pas une volonté manifeste d’envoyer un autre journaliste en prison ?

En tout état de cause, nous faisons confiance à la justice et invitons les acteurs de l’appareil judiciaire à demeurer jaloux de leur indépendance ce, en refusant catégoriquement toute instrumentalisation pouvant les amener à poser des actes contraires à l’esprit des conventions internationales auxquelles notre pays a souscrit comme la clause XII de la déclaration des principes sur la liberté d’expression en Afrique. Celle-ci stipule que nul ne doit être puni pour des déclarations….. concernant des personnalités très connues…

Nous rappelons à monsieur Bantama SOW aussi que cette même déclaration citée ci-dessus a également déconseillé les plaintes pour diffamation en ces termes:<<Les personnalités publiques doivent tolérer beaucoup plus de critiques>>, fin de citation. Nous l’invitons d’ailleurs à annuler dans son agenda, tout rendez-vous judiciaire pour lui permettre de concentrer ses efforts sur les préparatifs de la CAN 2025 que la jeunesse guinéenne attend vivement.

Pour terminer, nous exprimons le soutien du SPPG à notre confrère Habib Marouane CAMARA et réitérons notre confiance au magistrat en charge du dossier qui, il faut le rappeler, a eu le mérite de corriger la démarche maladroite de la direction centrale de la police judiciaire  en faisant valoir un examen sous l’empire de la L002.

-Vive la liberté de la presse;

-Vive la démocratie;

Camarades salut !

Conakry, le 29 mai 2021

Le SPPG