Covid en Afrique : « La menace d’une troisième vague est réelle et grandissante » (OMS)

0
358

Le risque d’une forte hausse des cas du nouveau coronavirus menace les structures sanitaires en Afrique, a mis en garde jeudi l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Cet avertissement de l’Agence sanitaire mondiale de l’ONU intervient alors qu’au cours des deux dernières semaines, le continent a enregistré une hausse de 20 % des nouveaux cas de Covid-19, en comparaison avec la quinzaine précédente. Au cours de la semaine dernière, 74.000 nouvelles infections ont été signalées, soit une augmentation de 9% par rapport à la semaine précédente.

« La menace d’une troisième vague est réelle et grandissante », a déclaré la Dre Matshidiso Moeti, Directrice régionale pour l’Afrique de l’OMS. « Nous avons vu comment la Covid-19 peut rapidement submerger les systèmes de santé qui ne sont pas équipés pour gérer une recrudescence des cas, les capacités de soins critiques restent donc d’une importance vitale », a-t-elle ajouté lors d’une conférence de presse virtuelle depuis Brazzaville (Congo).

Tout le continent africain compte désormais plus de 4,8 millions de cas dont 131.000 décès. L’incidence des cas a augmenté après quatre semaines consécutives quasi stable des nouveaux cas hebdomadaires.

Le nombre de cas a bondi de 131 % en Ouganda

D’une manière générale, la pandémie progresse dans 14 pays et, au cours de la seule semaine précédente, huit pays ont observé une augmentation subite de plus de 30% du nombre de nouveaux cas. En chiffres bruts, c’est l’Afrique du Sud, qui a enregistré la hausse la plus soutenue, avec 26.498 nouveaux cas. Il s’agit d’une augmentation de 24%.

Mais c’est en Ouganda que l’OMS a vu le nombre de cas bondir de 131% d’une semaine sur l’autre. Des foyers d’infections ont été signalés dans les écoles. Il y a aussi une hausse de cas parmi le personnel de santé et des centres d’isolement et des unités de soins intensifs qui « se remplissent ».

L’Angola et la Namibie observent également une résurgence du nombre de cas. « Et les cas ont brusquement augmenté dans huit pays, dont la Sierra Leone, la Guinée-Bissau et le Nigéria au cours des sept derniers jours », a détaillé l’Agence sanitaire mondiale de l’ONU.

La semaine dernière, le nombre le plus élevé de nouveaux décès a été aussi signalé par l’Afrique du Sud (591 nouveaux décès, un chiffre semblable à celui signalé la semaine précédente). Suivent le Kenya (92 nouveaux décès, une augmentation de 92%) et l’Éthiopie (75 nouveaux décès, une diminution de 18%).

« Au Sénégal, toutes les activités ont repris » – Professeur Daye Ka

Selon l’OMS, un respect très limité des mesures préventives, une augmentation des déplacements et des interactions sociales, de même que l’arrivée de l’hiver en Afrique australe, ont accru le risque d’une résurgence de la Covid-19 dans de nombreux pays. Et ce « semblant de relâchement » inquiète en Afrique de l’Ouest.

« A l’image de plusieurs africains, nous assistons à une tendance baissière de l’épidémie au Sénégal, mais il faudra faire attention », a averti le Professeur Daye Ka, membre du groupe de gestion de la Covid-19 au Sénégal. Dans ce pays, « vu que le virus circule toujours, les cas communautaires subsistent ».

« Malheureusement au niveau du Sénégal, toutes les activités ont repris. Il n’y a plus de distanciation physique, le port du masque est négligé et il n’y pas une adhésion des populations par rapport à la vaccination », a ajouté ce spécialiste des maladies infectieuses et tropicales.

Cette hausse subite des cas en Afrique survient alors que les expéditions de vaccins contre la Covid-19 continuent de se raréfier. L’une des rares exceptions sur le front de la livraison, avec le Burkina Faso, qui a reçu cette semaine 115.000 doses fournies par le Mécanisme COVAX.

Source : ONU INFOS