Etats-Unis : chute libre médiatique de Donald Trump

0
372

Retiré en Floride depuis son départ de la Maison-Blanche et privé des réseaux sociaux – Facebook l’a suspendu pour deux ans vendredi 4 juin — Donald Trump est tout sauf inactif. L’ancien président américain fait tout pour garder le contact avec ses supporters et maintenir son emprise sur le Parti républicain, en vue d’une éventuelle candidature en 2024. Et il dénonce comme une cabale politique les enquêtes judiciaires sur ses affaires personnelles.

Suspendu de Facebook pour deux ans et déjà privé de Twitter, son mégaphone favori, Donald Trump ne dicte plus l’agenda par un vacarme permanent depuis son départ de la Maison-Blanche, le 20 janvier.

S’il laisse entendre qu’il pourrait créer son propre réseau social, voire lancer une chaîne de télévision afin de s’adresser aux millions de fans qui le suivaient et à ses 75 millions d’électeurs de la présidentielle, l’ancien président des États-Unis est pour l’heure en échec sur ce front médiatique.

Son blog fermé après 29 jours

Comme le relevait cette semaine le Washington Postil a fermé fin mai le blog intitulé « Depuis le bureau de Donald Trump », seulement 29 jours après son lancement.

Selon le quotidien, le milliardaire populiste a été vexé par sa faible audience : ses posts ont été relayés moins de 1 500 fois sur les réseaux sociaux lors de sa dernière journée d’activité.

Pour autant, l’ancien Président, qui fêtera ses 75 ans le 14 juin, ne fait pas que jouer au golf. Depuis sa résidence de Mar a Lago, en Floride, transformée en QG politique, Trump continue de s’adresser à ses centaines de milliers de fidèles par e-mails, grâce à l’énorme fichier enrichi lors de ses deux campagnes présidentielles.

Dans ses messages, il excite ses troupes en entretenant la théorie du Big Lie ​(le grand mensonge), selon laquelle l’élection présidentielle de novembre 2020 a donné lieu à une fraude massive organisée par les démocrates, qui l’aurait privé d’un second mandat.

Contrairement à la plupart des responsables du Parti républicain, Trump n’a jamais explicitement reconnu sa défaite et, selon la journaliste qui le connaît le mieux au New York Times, Maggie Haberman, il a affirmé à plusieurs personnes qu’il s’attend à retrouver ses fonctions d’ici août.

Ouest-France