A.Goîta : « Je jure devant Dieu et le peuple malien de préserver en toute fidélité le régime républicain »

0
288

Bamako, Mali : Le colonel Assimi Goïta a prêté serment, lundi, lors d’une cérémonie d’investiture à Bamako, troquant son habituel treillis militaire contre le costume de « président de la transition » au Mali qu’il s’est taillé en menant à bien deux coups d’État en moins d’un an. Dans le même temps, le Sahel reste plus que jamais en proie aux violences jihadistes.

La cérémonie d’investiture d’Assimi Goïta à la tête du Mali s’est déroulée, lundi 7 juin au Centre international de conférence de Bamako (CICB), alors que la France et les autres partenaires du pays réclament aux militaires des garanties qu’un nouveau Premier ministre civil sera nommé et que des élections auront bien lieu en février 2022 en vue d’un retour des civils au pouvoir.

« Je jure devant Dieu et le peuple malien de préserver en toute fidélité le régime républicain (…) de préserver les acquis démocratiques, de garantir l’unité nationale, l’indépendance de la patrie et l’intégrité du territoire national », a déclaré le colonel Goïta, en uniforme d’apparat.

Si la nomination d’un nouveau Premier ministre semble imminente, le colonel Goïta pourrait se contenter de dire que les élections auront lieu « dans le courant » de l’année prochaine, ce qui risque de mécontenter la communauté internationale, selon des observateurs.

Les ambassades occidentales ont généralement décidé d’envoyer à l’investiture un « collaborateur » plutôt qu’un ambassadeur, ce qui constitue un « signal politique » mais n’est « ni un boycott, ni une sanction », selon la source diplomatique.

FRANCE 24