Santé : Des journalistes à l’école de la promotion des structures de santé reproductive en période de Covid-19

0
759

Conakry-Guinée : Ce vendredi 25 juin, dans la préfecture de Coyah, le Ministère de la santé, à travers le Service National de Promotion de Santé en collaboration avec l’ensemble des parties prenantes, a organisé un atelier d’échange avec les professionnels de la santé et les hommes de média. C’est dans le cadre du projet conjoint «UNFPA-TAKEDA» qui vise à promouvoir et garantir l’accès aux soins maternels et néonatals de qualité dans les établissements de santé pendant la pandémie de COVIDE-19.

Cette rencontre de deux jours (25 et 26 juin) vise à renforcer la collaboration entre les professionnels de la santé et les hommes de média de Conakry sur la promotion de la conduite des services de Santé Reproductive en cette période de Covid 19. «On a constaté que pendant l’épidémie, il y a toujours la crainte de la population à aller vers les structures de santé. Sans la communication, ces personnes ne pourront accéder à aucun service de santé d’où l’importance de communiquer. Vous en tant que journaliste avec les prestataires de santé pour pouvoir donner la bonne information à votre population. Je  voudrais au nom de Madame la représentante mettre en place un cadre de dialogue qui pourrait dans le présent futur essayer de résoudre tous ces problèmes liés à tout ce qui est thématique pour que les populations bénéficient des services de santé», affirme Dr Apoliaire Delamou, représentant de l’UNFPA.

Dr Maimouna Diallo, représentante de la directrice nationale de la Santé Familiale et de nutrition, se réjouit de la tenue de ce cadre de dialogue. Selon elle, cette collaboration va aider les Centres Médicaux Communaux à la continuité des services. «Les sages-femmes, les médicaments, les intrants sont sur le terrain, c’est la communication qui fait défaut. Ça ne manque pas, mais ce n’est pas comme on le voulait. Donc, il faut cette collaboration pour amener les femmes à fréquenter les structures de santé», dira-t-elle

Pour KARAMO TALIBY Kaba, directeur national de la Promotion de la santé, ce cadre d’échange est une façon d’agir ensemble sur les indicateurs.  «Si un homme de média est bien orienté sur les stratégies du ministère de la Santé dans le domaine de la santé, il n’y a pas de raison d’expliquer la  côte de mortalité maternelle. On pourra ensemble agir sur les indicateurs pour diminuer l’impact de ces événements malheureux».

Oumar Camara