Procès d’Ismaël Condé : La réquisition de la procureure ne surprend pas la défense

0
421

Conakry-Guinée: Comme annoncé précédemment dans nos précédentes publication, le procès d’Ismael Condé et de Saidouba Sacko, respectivement Maire et premier vice maire de la Commune de Matam s’était poursuivi hier lundi 28 juin au Tribunal de Première Instance de Mafanco.

Ces deux responsables de cette commune sont accusés par une  société de ramassage d’ordures appelée  »Étoile Émergente » et représentée à ce procès par Sékou Kaba pour « escroquerie, entrave à la liberté d’accès et à l’égalité des candidats aux marchés publics, les concessions et d’égalité de services publics et complicité ».
Pendant les débats et plaidoiries, une réaction surprenante a attiré l’attention de l’opinion dans salle d’audience, la procureure, Joséphine Loly Tinguiano, a jugé très faible et sans preuves concrètes les accusations portées contre les prévenus. Par conséquent, elle a demandé au tribunal dirigé par Djenab Donghol Diallo leur relaxe pure et simple.

Interrogé à la sortie de l’audience sur cette décision de la procureure, l’avocat d’Ismael Condé, Me Jocamey Haba, a indiqué que ce n’est pas encore un pari gagné. «Déjà, c’est un bon pas, mais on ne peut pas parler de paris gagné dès lors que la décision n’est pas prise par le parquet. Le parquet, le procureur est une partie au procès pénal, il appartient au juge seul dans le secret de ses délibérations de rendre la décision qu’il pense être convenable naturellement en se basant sur les discussions qui ont été faites contradictoirement en se basant sur les éléments du dossier. Mais puisque le procureur est la partie poursuivante, c’est donc lui qui a décidé que M. Ismael soit jugé, puisque c’est lui au départ avait décidé d’ouvrir une information par le truchement légale d’un cabinet d’instruction et que ce cabinet d’instruction a la suite naturellement d’un réquisitoire de renvoi devant le tribunal correctionnel (…) C’est un fait rare chez nous ici en Guinée, mais ce n’est pas un fait rare partout. Je veux juste vous informer que le procureur poursuit à charge ou à décharge. Ça veut dire que s’il estime que les faits pour lesquels il a engagé des poursuites ne sont pas constitués de manière très honnêtes. Il peut demander au tribunal d’ordonner la relaxe. C’est ce qui s’est passé», a précisé Me Jocamey Haba.
Pour cet avocat, à travers les débats publics qu’il n’y a aucun élément qui puisse accabler M. Ismaël Condé qu’il demande au tribunal la relaxe pure et simple de son client. Le procès a été mis en délibéré pour jugement être rendu  le  8 juillet 2021.
 Moïse Rama Fils