Couverture vaccinale : Le ministre Remy Lamah fait des constats et suggestions

0
564

Conakry-Guinée: Le ministre de la Santé, le Général Médecin Remy Lamah, a conféré ce vendredi 02 juillet 2021 avec les médias. Objectif ? Faire le compte rendu de la mission spéciale de supervision de son département dans les préfectures à faible couverture vaccinale. C’est une mission qui s’est rendue dans plusieurs préfectures de l’intérieur du pays du 8 au 20 juin afin d’impulser les activités de vaccination  tout en identifiant les défis sur le terrain.

D’après les différentes évaluations des partenaires techniques et financiers, la Guinée fait partie des pays à faibles couverture de vaccination. Ce constat alarmant en cette période sanitaire a inspiré le ministre de la Santé à identifier sept (7) préfectures du pays dont les indicateurs sont les plus faibles. Ce sont : Boké, Boffa, Dabola, Dinguiraye, Labé, Kissidougou et Macenta. « La faible couverture vaccinale des enfants augmente le risque de maladies évitables par la vaccination ainsi que les flambées épidémiques. Cette mission a procédé également au lancement de la politique de santé communautaire dans les préfectures de Labé, Dinguiraye et Macenta. Cette stratégie est considérée comme l’un des priorités du ministère de la Santé pour progresser vers la couverture santé universelle. La vaccination sera la porte d’entrée pour la mise en œuvre de cette approche », a souhaité le General Médecin Rémy Lamah.

Selon lui, la mission a connu la participation des cadres du ministère de la Santé, des PTF impliqués dans la vaccination. Au total 21 structures sanitaires ont été supervisées en 4 étapes dont la visite des centres de santé urbains et ruraux, des hôpitaux préfectoraux, de la réunion de synthèse avec les agents de santé sur le terrain et les recommandations. Au terme de cette visite, les principaux constats ont faits: « Les acteurs locaux se sont fortement impliqués dans l’organisation et le déroulé de la mission de supervision sur le terrain, le personnel de santé était en place, la disponibilité des vaccins et des outils de gestion dans la plupart des sites visités, la disponibilités de l’échéancier pour le suivi des enfants vaccinés dans la plupart des sites visités ainsi que la propriétés des locaux », s’est-il réjoui.

Parmi les points faibles, le numéro 1 du département de la santé relève entre autres que le personnel de santé évoluant dans les structures sanitaires périphériques est essentiellement constitué de bénévoles et de stagiaires et le taux de fidélisation du personnel est faible. Des recommandations ont été formulées: « Améliorer la qualité des supervisions des centres de santé en mettant un accent sur la revue des supports de donnés, la programmation des activités comme les stratégies avancées, les enquêtes par sondage de la disponibilité des vaccins, des médicaments du taux de recouvrement des recettes; afficher les tarifs des prestations dans les hôpitaux en veillant à la gratuité de la vaccination, de la césarienne et l’humanisation des salles d’hospitalisation; renforcer la collaboration avec les autorités communales », a mentionné le ministre de la Santé.

Le Général Médecin Rémy Lamah promet que les recommandations formulées feront l’objet d’un suivi rigoureux par son équipe et que des actions correctives immédiates instruites sont déjà réalisées sur le terrain.

Moïse Rama Fils