Examens nationaux 2021 : Sans les primes d’incitation, la FSPE menace de boycotter

0
577

Conakry-Guinée : Le chronogramme des examens nationaux a finalement été réaménagé par le ministère en charge de l’Education nationale et de l’alphabétisation (MEN-A). D’après le nouveau calendrier publié par le département hier jeudi 01 juillet 2021, les examens nationaux, session 2020-2021, se dérouleront comme suit : Baccalauréat unique : du jeudi 22 au samedi 24 juillet 2021.– Brevet d’études du premier cycle (BEPC) du lundi 26 au jeudi 29 juillet– Examen de fin d’études élémentaires: du 30 juillet au 01 août 2021.

Joint au téléphone ce vendredi 2 juillet 2021, le secrétaire général de la Fédération syndicale professionnelle de l’éducation pense qu’il faut revoir ce calendrier. « Techniquement la date des examens nationaux, il faut revoir un peu les dates. Par exemple ,si nous prenons la date de l’entrée en 7e année qui démarre à la fin du mois de juillet jusqu’au 1er août, nous savons à Conakry à partir du 27 juillet, il pleut abondamment. L’entrée en 7e année va se dérouler dans les conditions très difficiles parce que c’est les tout-petits. On risque de faire l’entrée en 7e année sans tous les candidats parce que personne ne va accepter de libérer son enfant quand il pleut abondamment. Surtout quand il pleut, on attend il y a inondation, l’eau a emporté une personne. Alors, vouloir libérer les enfants à un moment où il pleut suffisamment, c’est un problème qu’il faut revoir », affirme-t-il.

Par ailleurs, le secrétaire général du FSPE estime que la meilleure façon de crédibiliser ces examens est de est de payer les primes d’incitation aux enseignants. « La meilleure façon aujourd’hui de crédibiliser les examens, c’est de libérer les enseignants, les rétablir dans leur droit le plus absolu. Je ne cesserais jamais de le dire, l’enseignent ne compte que sur ce qu’il perçoit à la fin du mois. Nous avons des familles, le marché est cher. Mais ce que je vais dire aux enseignants, c’est de tenir bon, de rester soudé car le droit est sacré. Sans les primes d’incitation, il n’y aura pas d’examen », a-t-il prévenu.

Oumar Camara