Examens de sortie au METFP-E : le Secrétaire général lance les épreuves à Conakry

0
597

Conakry-Guinée : C’est le Centre de Formation Professionnelle Maritime à quelques encablures du Port Autonome de Conakry qui a servi de carde au lancement des premières épreuves pratiques de ces examens ce vendredi 9 juillet 2021.

Ils sont au total plus de 22 811 candidats dont 12 247 filles, soit 53,68% qui seront confrontés aux épreuves théoriques et pratiques dans 124 filières de formation enseignées dans les écoles de type A et B repartis dans 67 centres retenus dans le pays.

A l’absence de la Ministre Djenab Nabaya Dramé, c’est le Secrétaire Général du Ministère de l’Enseignement Technique de la Formation Professionnelle et de l’Emploi, Michel Koïvogui, qui  a le coup d’envoi.
Cette année, les épreuves ont débuté par la pratique contrairement aux années précédentes à cause de la pluie et s’étendront sur 18 jours en lieu et place d’une semaine. En plus de cette innovation, Michel Koïvogui a annoncé d’autres innovations qui concernent la matérialisation des outils confectionnés pour une utilité publique. « Nous avons décidé au nom de Madame la Ministre de l’Enseignement Technique et de l’Emploi de faire autrement les travaux pratiques cette année et pour les jours à venir pour simplement essayer de donner une nouvelle méthodologie permettant désormais d’éviter de faire de pièces poubelles, c’est-à-dire faire des pièces qui ne servent à rien sinon qu’à des démonstrations mais plutôt de faire des pièces pouvant être durablement utilisées. Et pour ce faire, nous avons décidé d’abord de passer de sept(7) jours à dix-huit (18) jours au-moins de pratique, ce qui est déjà une nouvelle donne. Et de faire en sorte que tous les candidats aient à leurs dispositions de vrais matériaux de construction pour qu’ils puissent réaliser des éléments utilisables », a rappelé M. Koïvogui.

Pour les dispositions prises afin de réussir le pari de cet examen, il ajoute : « Pour la réussite de ces examens, nous, nous sommes dit qu’il fallait tenir compte de plusieurs raisons. D’abord, la saison, nous avons décidé de faire cette fois les travaux pratiques avant la théorie parce qu’en faisant des travaux pratiques, plupart ça serait déjà le faire en grande pluie et ce qui allait peut être gêné les jeunes candidats. Alors qu’en le faisant maintenant, nous avons la chance de  profiter de ce petit temps d’ensoleillement pour que les travaux soient bien suivis à la fois par les candidats, mais aussi et surtout par les encadreurs. Et que la partie théorique se fasse seulement, même si c’est pendant les grandes pluie, comme cela se passe dans  les salles de classes, ça donnerait moins de difficultés. Les consignes ont été claires. D’abord, nous avons demandé aux différents encadreurs, aux différents Directeurs des écoles et à tous ceux qui sont parents d’élèves des candidats, qu’il aura d’abord une tolérance zéro. Et que désormais nous allons pouvoir comptabiliser tout ce qui est utilisé dans le cadre des examens pratiques parce que nous voulons voir des résultats des produits qui soient issus de nos écoles. Ce qui pourrait être utile non seulement à nos écoles elles-mêmes, à la communauté et pourquoi pas à toute la Guinée ».

Parlant des résultats à l’issu des épreuves (pratiques et théoriques), Sékou 2 Camara, chef de service examen, concours scolaire et parcerelle au Ministère de l’Enseignement Technique, de la Formation Professionnelle et de l’Emploi, indique : « Les travaux pratiques avant étaient pour une semaine, cette année le cabinet a décidé qu’on commence par les travaux pratiques qui vont s’étaler à deux semaines. Et après ces deux semaines, nous allons engager la théorie à partir du 22  juillet qui prendra fin le 27 juillet. Donc, il faudrait s’attendre aux résultats après. Nous allons travailler en chaîne et rapidement pour sortir les résultats ». 
Moïse Rama Fils