Guinée: Orange et MTN Guinée se plaignent de la fiscalité dans le secteur des télécoms

0
634

Conakry, Guinée : instaurer un climat de dialogue entre le département de tutelle, des acteurs de l’écosystème des Télécommunications et de la poste, afin de trouver des solutions aux différents problèmes qui assaillent  le secteur. C’est l’objectif d’une rencontre  qu’organisée le département des postes et télécommunications présidé par le Ministre des postes et Télécommunications ce jeudi 15 juillet 2021 dans les locaux dudit ministère. C’était en présence de quelques directeurs généraux de sociétés de téléphonies et fournisseurs d’Internet.

D’entrée de jeu,  le chef de département  des Télécoms M. Said Oumar Koulibaly a appelé aux acteurs du secteur de faire en sorte d’œuvrer dans la logique  professionnelle. Selon le Ministre, cette rencontre est organisée dans le but d’écouter, identifier ensuite faire un diagnostic par rapport aux problèmes auxquels ils sont confrontés afin de faire des recommandations en fonction de cela au près  du  gouvernement. Il a par ailleurs remercié les operateurs pour la continuité des services conformément aux différents engagements pris au sein de l’Etat.

«Les relations avec le ministère des télécommunications sont celles qui unissent et non qui divisent les entreprises. Le ministère de tutelle et ces entreprises doivent se concerter. Sur ce, vous serez conviés à des rencontres quand il faut traiter des problèmes de notre secteur pour se donner des avis, des informations lorsque vous rencontrez des difficultés et cela se fait en générale à travers l’ARPT qui est l’interlocuteur privilégié avec lequel nous souhaitons de très bonne relation. L’objectif stratégique de cette rencontre, c’est pour vous écouter, comprendre les difficultés du secteur que ça soit au niveau du fournisseur d’accès internet et l’ensemble des operateurs postaux et aussi les opérateurs mobiles et autres » explique Said Koulibaly.

A l’en croire, pour un premier temps nous vous avons convié à cette rencontre c’est pour vous écoutez sur ce, nous tenons à vous féliciter pour toutes les dispositions prises pour assurer la continuité du service conformément aux engagements qui vous lient à l’Etat. Nous ferrons des recommandations aux sorties de cette rencontre pourquoi pas la mise en place d’un syndicat des patrons des opérateurs qui sera l’interlocuteur privilégié avec le gouvernement à travers le Ministère des Télécoms .»

Le Directeur Général d’Orange-Guinée  a, dans son introduction, salué cette démarche  du ministre par rapport à la mise en place d’un cadre de dialogue, afin de réunir les acteurs de l’écosystème au tour de la table pour échanger sur les différents problèmes du secteur et de trouver une issue favorable.  il a également fait savoir que leur contribution dans ce cadre de dialogue pour le développement est établie dans un document qu’Orange va soumettre au chef de Département des Telécoms.

«Nous ne pouvons que saluer la démarche pour ce qui du cadre de dialogue entre les acteurs du Numérique, pour un secteur aussi stratégique et névralgique comme celui des télécoms, nous avons notre part de vision à apporter dans ce cadre de dialogue. Nous avons fait un document qu’on va faire parvenir au ministre , nos points de vue s’y trouvent, c’est-à-dire des choses que nous souhaitons voir améliorées dans le secteur et des objectifs que nous devons nous fixés sont étalés à l’intérieur de ce document. Mais je voudrais apporter ceci, il faut qu’on fasse le dialogue dans la franchise. Je pense que la fiscalité en Guinée, il faut s’arrêter à ce niveau, il ne faut pas qu’on se voile la face cela, ne fait pas avancer le secteur » nous a t-il fait savoir le DG de Orange Guinée.

De son côté le représentant du Directeur de MTN  Guinée lui emboite le pas la fiscalité, à la différence. Il a souligné que les acteurs doivent faire en sorte pour qu’il ait entente pour un développement harmonieux. Il a demandé aussi chacun de contribuer favorablement et sollicite l’accompagnes de L’Etat dans le cadre de construction d’infrastructures  bien qu’il reconnaisse que d’importants innovations ont été apportées dans ce secteur qu’il faut admettre et reconnaitre

«Nous savons que beaucoup d’efforts sont fournies à date par le gouvernement pour ceux qui étaient là il y’a 10 de cela. Voir aujourd’hui le niveau de désertes en électricité, on sait qu’il y’a énormément d’amélioration, mais si encore y’a des discussions sur l’accès à ces ressources pour le bien être des populations, donc les acteurs sont obligés de se donner les mains » a-t-il laissé entendre

Saraf Dîne Condé