Certificat d’Étude Primaire (CEP) : Le Secrétaire général du MENA lance les premières épreuves à Matam

0
379

Conakry-Guinée : Ce samedi 31 juillet, c’est avec l’enveloppe contenant l’épreuve de Dictée et questions que le secrétaire général du Ministère de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation a ouvert le bal pour cet examen d’entrée en 7ème Année à l’école Primaire Coléah Lanseboungny, commune de Matam.

Dans cette commune, 13 centres d’examen sont retenus pour un effectif de 5 835 candidats dont 3 122 filles. Les mesures sanitaires dont les kits de lavage des mains et le port obligatoire des masques, tant au niveau des élèves qu’au niveau des maîtres sont de rigueur.

Dans sa prise de parole, Alhassane Diakité a prédit que la première de la commune de Matam sera une fille. Cela, vu le taux élevé des filles inscrites à cet examen. « Je suis fière de rentrer dans cette salle. En 1973, certes que ce n’était pas ce bâtiment, mais c’est dans cette salle que j’ai passé mon examen d’entrée en 7ème année« , a-t-il lancé avant de conseiller les jeunes élèves en ces termes : « N’ayez pas peur, ce n’est qu’une évaluation et vous allez tous gagnés. Ne vous stressez pas, ce que vos maîtres vous ont appris durant les neuf (9) mois, c’est ce que vous allez restituer pendant ces trois jours. Il n’y a rien de sorcier, on ne va pas vous coller. Je suis sûr que les jeunes filles sont prêtes pour aborder les sujets. Je vous encourage, pas de tricherie parce que c’est tolérance zéro. Si on te prend, on t’élimine. Le surveillant lui aussi sera éliminé et poursuivi en justice. Donc, chers surveillants, vous comprendrez que l’enjeu est pour nous tous. Donc, je vous souhaite bonne chance et que le meilleur gagne« , a souhaité M. Alhassane Diakité.
Pour sa part, le Directeur Commune de l’Education de Matam a souligné que durant les deux examens passés, aucun incident n’a été enregistré dans les centres de sa circonscription. Un motif de fierté mis à l’actif des campagnes de sensibilisation. « Comme pour le Baccalauréat et le Brevet et jusqu’à maintenant, ce sont les mêmes dispositions qui sont prises: deux enseignants par salle de surveillance. Nous avons rencontrés tous ls surveillants, les administrations des centres, nous avons sensibilisés pour ne pas qu’il ait port de téléphone (…) Nous pensons mettre tout en œuvre pour que cet examen réussisse« , a-t-il dit.

Moïse Rama Fils