Grève des chauffeurs : le Syndicat demande aux transporteurs d’accepter les anciens tarifs

0
336

Conakry-Guinée : Suite à l’augmentation du prix du litre du carburant à la pompe le 4 août dernier à 11 000 francs guinéens, certains chauffeurs de taxi ont brillé par leur absence ce lundi 9 août dans la circulation à Conakry.

Ceci, pour protester contre la mesure du gouvernement qui a décidé de maintenir le tarif des transports publics à 1 500 fg le tronçon. Cette situation n’étonne point le secrétaire général de la Fédération syndicale du transport routier de Guinée. Ousmane Horoya Sylla explique les raisons : « La grève des taxis-maitres n’est pas étonnante parce qu’il y avait des mécontents parmi le groupe. Parce que ce qu’on a expliqué tout le monde ne comprend pas de la même façon. Mais nous on continuera à les expliquer pour qu’ils comprennent parce que ce qui est arrivé, mais c’est un manque de petite coupure qui nous a amenés là. D’ailleurs après tous les calculs de 9 000 franc à 12 000 fg le tronçon serait à 1 500 fg c’est ce qu’on a tenté de les expliquer et certains ont compris d’autres non« .

Et d’interpeller le gouvernement : « Il n’y a pas de petite coupure en circulation donc on invite l’Etat de nous aider à mettre ces petites coupures en circulation« .

Ousmane Horoya sylla déplore le calvaire des usagers et lance un appel aux chauffeurs de taxi : « Je suis désolé pour le calvaire des populations, mais ce que je vais dire aux transporteurs, c’est d’accepter le principe qu’on les expliques. Nous, nous sommes leur avocat, on ne peut défendre que leur intérêt, c’est ça notre mission. Qu’ils sachent qu’on ne va jamais piétiner leur intérêt au profit de qui que ce soit. Ceux qui comprennent d’accord, ceux qui ne comprennent pas, on le prie de l’accepter ça y va dans notre intérêt« .

Oumar Camara