Grève des employés d’Albayrak Transport : «Tant que nos amis seront emprisonnés, nous ne pourrons pas être autour de la table» (Syndicat)

0
389

Conakry-Guinée : Trente six (36) employés de la société de transport public Albarayck sont à la Maison Centrale de Conakry. Ils ont été arrêtés le lundi 16 Août, premier jour de leur mot d’ordre de grève.

Les travailleurs revendiquent le paiement intégral de leur subvention, l’amélioration de leur condition de travail, mais aussi le départ de la responsable en charge de la communication de ladite société qu’ils accusent d’abus de pouvoir.

Suit à cette arrestation qu’ils qualifient d’arbitraire, le secrétaire général de la délégation Syndicale des Travailleurs de ladite société a exigé ce vendredi 20 Août la libération de leurs collègues sans conditions. «Ils ont été arrêtés le premier jour du respect du mot d’ordre de grève le lundi dernier. Quand nous sommes venus, ils nous ont dit de travailler, mais on a refusé, on leur a dit que nous étions en grève et que nous ne travaillerions pas . Nous leurs (Responsables de la société ndlr) avons dit que nous allons faire un sit-in et expliquer aux travailleurs le bien-fondé de ladite grève. Et c’est dans cette incompréhension que le Colonel a donné l’ordre d’intervenir et quand cela a été fait, moi j’ai fui pour aller m’enfermer dans mon bureau. Les autres syndicalistes ont été arrêtés. Tant que nos amis seront emprisonnés, nous ne pourrons pas être autour de la table», a martelé Aboubacar Mariama Fofana.

La libération de ces 36 personnes reste l’une des préalables selon le secrétaire général de la Délégation syndicale de travailleurs d’Albayrak pour entamer toute négociation avec le Ministère des Transports qui, selon lui, leur a tendu la main.

Moïse Rama Fils