CAN 2021 : «Ce qui manque au Syli, c’est la sérénité de sa défense»

0
608

Conakry, Guinée : La Confédération africaine de football (CAF) a procédé le mardi 17 Août 2021 au tirage au sort des 24 nations qualifiées à cette 33édition de la coupe d’Afrique des nations qui va se jouer au Cameroun du 09 janvier au 06 Février.

La Guinée logée dans la poule B avec le Sénégal, le Zimbabwe et le Malawi, pour plus d’informations sur les préparatifs au sein du Syli national de Guinée et les chances que le syli peut avoir à cette CAN, notre reporter est allé cet après midi à la rencontre de Dr N’famory Touré, ancien footballeur, actuel conseiller du ministre d’Etat, ministre des sports. Le Directeur général de la médecine du sport et médecin de la sélection nationale qui a  accepté de nous livrer ses sentiments par rapport au groupe de la Guinée avant la CAN.

Au début de cet entretien, N’famory Touré en tant qu’ancien footballeur pense que, la première des chances que la Guinée pourrait avoir à cette CAN, c’est le fait de se retrouver dans la même poule que le Sénégal, le Zimbabwe et le Malawi.

« En tant que supporter du syli nationale de Guinée, je dirai que c’est une chance pour nous de tomber dans un groupe qui est à notre portée sans exagération, pour avoir côtoyé le Syli National de Guinée, c’est au moment que nous pensons que nous sommes dos au mur que nous réagissons, je vois notre équipe qui a, auparavant battu et éliminé le Zimbabwe au moins deux ou trois fois, la même chose avec le Malawi et que si je ne me trompe pas dans les confrontations Sénégalo-Guinéennes, nous avons notre mot à dire.

N’eut été une certaine naïveté, Kaba Diawara ayant donné le ton âpres avoir récupéré le ballon dans les pieds de Toni  Silva avait ouvert le score, je crois le reste c’est la rapidité malheureusement d’un guinéen d’origine à l’époque Harry Camara qui a fait la différence avec Dian Bobo Baldé à l’époque. Mais je crois que pour cette fois ci c’est jouable. »

Notre interlocuteur se rappelle bien des matches contre le Sénégal.

« Nous allons à zéro, le Sénégal aujourd’hui, qu’on se dise la vérité est une grande équipe parce qu’elle est soudée, les 3/4 des joueurs jouent ensemble bientôt quatre ans. Nous nous avons des découvertes nous continuons à enregistrer de nouvelles figures dans le Syli. Mais comme le Sénégal a Sadio Mané comme leader, nous avons aussi Naby Keita comme leader, et au vu de ce qu’il nous présente cette saison, je crois que c’est prometteur mais ce qui est prometteur aussi il ne faut pas se voiler la face, nous avons aujourd’hui l’un des meilleurs buteurs du championnat de France Mohamed Bayo qui a hissé son club en première division et là il est entrain de récidiver. Donc nous croisons les bras et nous souhaitons que cette CAN le trouve dans les meilleures santé, ajouter aux autres comme  Sory Kaba José Martinez Kanté » a  expliqué le conseiller du ministre des sports

À la question de savoir qu’est-ce qu’il y a mieux à préparer au sein de l’équipe nationale,  il a fait comprendre qu’au jour d’aujourd’hui les équipes ne sont plus comme celles d’hier, avant de préciser que certains ignorent que la CAN vient trouver les équipes déjà prêtes à compétir vue que les championnats ont déjà démarré et avec les éliminatoires de la coupe du monde prévue en 2022 au Qatar

« Les équipes nationales d’aujourd’hui sont différentes de celles d’hier. Il y’a de la disponibilité, ces joueurs sont aujourd’hui des professionnels. Le championnat a repris vous pouvez les tirer de là-bas pour dire : « venez pour un regroupement, venez pour une science tactique ». Non, apparemment on ne peut que prier qu’à chaque regroupement ça trouve que nos joueurs non seulement  sont utilisés par leurs clubs mais qu’ils ne soient pas blessés, le reste découle de Dieu. Les gens oublient que la CAN vient après que les équipes soient rodées,  j’entends par être rodé jouer contre la Guinée-Bissau en éliminatoire coupe du monde une semaine après enchaîner contre le Maroc, ensuite le Soudan, je crois que toutes les équipes viendront à la CAN avec un minimum de 6 a 8 matchs dans les jambes, et le jeune guinéen, le jeune guinéen doué que je connais à simplement besoin d’être cadré pour qu’on ait un résultat satisfaisant » a-t-il fait savoir

Évoquent les manquements que le Syli National de Guinée doit corriger avant cette Coupe d’Afrique des Nations qui va se jouer au pays de Samuel Eto’o,  il trouve  que l’équipe guinéenne est trop amusante au niveau de la charnière défensive.

« En réalité ce qui nous manque,  c’est la sérénité de nos arrières bases, la distraction de nos arrières bases j’entends par nos arrières bases la défense guinéenne prenant l’exemple sur Issiaga Sylla malgré tout ce qu’il peut incarner, il arrive qu’il s’oublie sur le terrain et nous ne sommes jamais parvenu à avoir un axe centrale complémentaire.  ça il faut le reconnaître ; nous pêchons par des improvisations, mais je pense avec l’entraîneur Didier six, il pourra le corriger. Pas plus tard qu’hier je regardais Mohamed Ali Camara jouer avec son club en match de barrage. Sa première erreur a coûté le but à l’équipe. Cela dit aussi ;nous sommes à la recherche des joueurs qui sont montrés vaillant au niveau de ces postes de défenseur centraux pour le problème de gardien je pense nous n’avons pas de soucis » rassure-t-il

Pour ceux qui pensent, que Didier Six est un entraîneur plus diviseur que rassembleur au sein de l’effectif de l’équipe nationale de Guinée, le conseiller du ministre des sports répond.  

Didier Six, sélectionneur Syli national

«Je ne m’avance pas sur ce sujet, parce qu’un proverbe de chez nous dit,  pour savoir si on est garçon, on doit d’abord rentrer là où est sorti le pain c’est à dire le four. Le métier d’entraîneur n’est pas donné à tout le monde moi j’ai été médecin, j’ai accompagné les équipes nationales, je préfère leur laisser leur poste et m’occuper du mien, mais je pense que la solidarité, la cohésion vient surtout de cette amitié qui peut être tissée entre les joueurs  quand ils sont à l’internat. Quand ils sont regroupés et quand par solidarité, il a perdu le ballon, je me bats pour récupérer, c’était la grande force d’un certain N’Gome qui acceptait tout ce qu’un Salam Sow pouvait faire. Et il récupérait le ballon pout le lui remettre c’est ça la solidarité d’une équipe.

Cherchant à savoir si avec cet entraîneur on peut espérer aller plus loin à cette CAN il ne tergiverse pas là-dessus,

« Qui nous a qualifié ? la question est toute proche en toute réalité, c’est lui c’est vrai qu’il y’a la dextérité de nos joueurs leur prouesses mais pouvoir faire un classement et un changement pour le moment c’est lui, vous me direz qu’un Lappé Bangoura peut faire mieux,  je suis d’accord avec vous je vous dirai à la place de Lappé au sein de l’équipe nationale locale lui aussi il allait faire mieux. Non pour le moment n’essayons pas d’aller sur cette pente, nous avons signé un contrat avec lui essayons de tirer le maximum de lui à savoir qu’il se mette à la disposition de l’équipe » a-t-il conclu.

Pour finir, N’famory Touré ancien joueur a demandé aux joueurs du Syli nationale et à l’encadrement technique, chacun de jouer son rôle afin que Naby Keita et ses coéquipiers ramènent cette 33e édition de la coupe d’Afrique des nations,

Saraf Dine Condé