Maison centrale de Coronthie : «On s’autorise aussi des évasions intellectuelles pendant que notre corps est en prison» (Etienne Soropogui)

0
869

Conakry-Guinée : Détenu à la maison centrale de Coronthie depuis la veille de la présidentielle contestée par l’opposition du 18 octobre 2020. Etienne Soropogui, le leader du mouvement «Nos Valeurs Communes», s’est confié à notre rédaction sur sa condition de détention à la Maison centrale de Coronthie situé au centre ville de la capitale Conakry.

«J’ai passé dix (10) mois en détention et dix mois en détention n’est pas facile parce que quand on y sort, on a quand-même l’impression qu’on a laissé une partie de soi en prison. On doit travailler à ramener d’abord cette partie de soi vers sa propre personne. Mais pendant qu’on y était, on s’autorise aussi des évasions intellectuelles pendant que notre corps était en prison. L’esprit voyageait et sortait de la prison. J’ai passé des conditions extrêmement déplorable en prison, un pays comme la Guinée, avec des cellules surchauffées, surpeuplée, une maison centrale insalubre et je crois que c’est le courage, la volonté de servir le peuple, le refus d’abdiquer face à la dictature qui nous permet de tenir les conditions désagréables que vous connaissez qui sont celles de la prison de Coronthie» a-t-il confié.

Moïse Rama Fils