Guinée – la junte répond à la CEDEAO : « pas besoin de voyager et rien à geler sur les comptes »

0
474

Conakry-Guinée : Ce samedi 18 septembre, le porte parole du Comité national du rassemblement et du développement, le Colonel Amara Camara, était devant la presse au chapiteau du Palais du peuple. Au menu : éclairer la lanterne de l’opinion publique guinéenne et internationale sur l’entretien que le CNRD a eu le vendredi 17 septembre avec la délégation des chefs d’État de la CEDEAO sur les sanctions infligées à la Guinée, les éventuelles négociations pour une heureuse transition.

Dans son intervention, le porte-parole du CNRD a rappelé le contexte de leur coup de force. «Comme vous le savez l’un des rôles de l’armée, c’est de protéger la patrie et les institutions républicaines. Nous avons dû prendre notre responsabilité le 5 septembre 2021 pour éviter que le pays ne tombe dans le chaos» a-t-il entamé.

S’agissant de la délégation des Chefs d’Etat de la CEDEAO, le Colonel Amara Camara est revenu sur les sanctions de l’organisation sous-régionale. «La CEDEAO, à laquelle la Guinée est membre, a conformément à ses protocoles, décidé les mesures suivantes : la suspension de la Guinée de ses instances, l’envoie d’une mission de haut niveau pour une prise de contact avec le CNRD. La réunion des chefs d’État et de gouvernement de la CEDEAO du 16 septembre à Accra sur la situation du Mali et de la Guinée. Au cours de cette rencontre a été question de prendre d’autres décisions dont entre autres : la libération immédiate et sans condition de l’ancien président Alpha Condé, le retour rapide à l’ordre constitutionnel et l’organisation des élections dans un délai de six mois, le gel des avoirs de tous les membres du CNRD et leurs familles, l’interdiction de voyage pour tous les de la junte et leurs familles» a-t-il souligné.

Face à cette situation, le CNRD a reçu la délégation de la CEDEAO composée du président du Ghana Nana Kufu Ado, président en exercice de la conférence des chefs d’État de et du gouvernement de la CEDEAO et le président de la république de Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara pour leur signifier l’application de ces mesures.

«Il y a eu des échanges très franc entre la délégation de la CEDEAO et le président Mamady Doumbouya. Sur le premier point portant la libération immédiate de l’ancien président Alpha Condé, la délégation a pu rencontrer l’ancien président et a remercié le président Doumbouya pour cette facilité qui leur a été accordée. Il est aussi clair, pour toutes les parties que l’ancien président Alpha Condé demeura en Guinée et au lieu de choix du CNRD. Toutefois, toutes les mesures seront prises pour le respect de son intégrité physique et morale», a-t-il insisté.

Pour le deuxième point, l’orateur  dira : «Le retour rapide à l’ordre constitutionnel et l’organisation des élections dans un délai de six mois, le président de la république a rappelé à ses hôtes qu’il était important que la CEDEAO écoute les aspirations du peuple de Guinée. Il a insisté de faire attention de ne pas commettre les mêmes erreurs du passé. Pour éviter ces erreurs, il les a informé que les concertations nationales avaient débuté et que seul le peuple souverain de Guinée décidera de son destin».

Sur le troisième et dernier point gel des avoirs de tous les membres du CNRD et leurs familles, l’interdiction de voyage pour tous les membres de la junte et leurs familles, le Colonel Amara Camara a indiqué les échanges ont été très brefs sur ce point.

«Le président a répondu que nous CNRD, nous sommes des soldats et que la mission pour nous se passe en Guinée, donc pas besoin de voyager et qu’il n’avait rien à geler sur nos comptes» a expliqué le porte-parole du CNRD, le Colonel Amara Camara.

Amara Touré