SPPG au CNRD : «Nous demandons au CNRD de ne pas collaborer avec des gens qui ne sont pas dans la légalité»

0
404

Conakry-Guinée : Le Bureau exécutif du Syndicat des professionnels de la presse de Guinée a animé une conférence de presse ce jeudi 22 septembre à Conakry. Objectifs ? Dévoiler le contenu du mémorandum adressé à la junte lors des concertations nationales.

Sékou Jamal Pendessa, secrétaire général, a invité le colonel Doumbouya à conditionner la signature d’un partenariat avec sa junte comme souhaité par les patrons de presse par l’adoption de la convention collective. Il est revenu sur le contenu du mémorandum qui a été adressé au Colonel Mamady Doumbouya. «Les employés des médias guinéens sont très mal payés et puis il n’y a pas de contrat de travail dans la quasi-totalité des médias et il faut que l’opinion le sache. Plusieurs démarches ont été menée et nous avons opté pour une solution globale, c’est cette convention collective», déclare-t-il.

A ce jour, cette convention collective est à 90% de sa finalisation. Mais selon le secrétaire général du SPPG, elle enregistre un blocage au niveau des salaires par les patrons de médias qui ne sont pas d’accord à ce sujet. Ces mêmes patrons de médias dans leur mémorandum au CNRD veulent signer un partenariat avec la junte militaire a révélé Sékou Jamal Pendessa. «On n’est pas contre, mais ce que nous demandons au CNRD, c’est de ne pas collaborer avec des gens qui ne sont pas dans la légalité. Si vous collaborer avec des entreprises qui ne traitent pas bien leur travailleurs, ce sera contraire aux valeurs évoquées par le CNRD», prévient le secrétaire général du SPPG.

La réhabilitation de la HAC par le CNRD n’a pas été occultée par le Syndicat des Professionnels de la Presse de Guinée. Pendessa estime qu’il faut corriger plusieurs manquements au niveau de cette institution afin de laisser une place pour les défenseurs des journalistes. «Est-ce qu’on est contre la réhabilitation de la HAC ? Je dirais non et nous en prenons acte. Mais ce que nous avons demandé dans notre mémo au niveau du point 6, nous le réitérons, il faut que la loi sur la HAC la L0010 soit révisée pour éviter beaucoup de manquements», insiste Sékou Jamal Pendessa.

Le SPPG exhorte tous les médias à vulgariser le contenu du mémo qui comprend 12 points afin qu’il soit pris en compte par le futur Conseil National de la Transition.

Moïse Rama Fils