Réouverture de la frontière Guinéo-Sénégalaise : «C’est de se mobiliser pour essayer de relancer les activités» (Abdallah Cherif, GOHA)

0
206

Conakry-Guinée : C’est un ouf de soulagement pour les usagers de la frontière guinéo-sénégalaise ce mercredi 29 septembre. Dans un communiqué lu à la télévision nationale mardi 28 septembre, le Conseil national du rassemblement pour le développement (CNRD) a annoncé la réouverture de la frontière entre la Guinée et ce pays voisin après près d’un an de fermeture.

Abdallah Chérif, président du Groupe organisé des hommes d’Affaires(GOHA), trouve cette décision du CNRD très salutaire. « C’est une très bonne nouvelle, nous sommes super contents. Je suis même à Dakar présentement et je dois me rendre au niveau de la frontière ou la section GOHA est très nombreuse. Tout le monde est content« , a-t-il réagi.

Cependant, le président du GOHA a déclaré que la fermeture de cette frontière a gâté les activités de plusieurs citoyens qui ne vivaient que de cela. Un acte qu’il trouve extrêmement regrettable. « Cette situation a fait souffrir énormément les opérateurs économiques, les transporteurs et même les agriculteurs qui ont perdu assez d’argent. Pour le moment, c’est très difficile pour eux parce que d’autres sont rentrés carrément dans leur village et d’autres sont en train d’errer dans la nature. C’est très grave« , déclare-t-il.

Plus loin, Abdallah Cherif dit être prêt à mobiliser les opérateurs économiques pour la relance des activités économiques afin de booster rapidement leur commerce. « C’est de se mobiliser pour essayer de relancer les activités. On va évaluer tous ceux qui ont perdu leur biens dans cette fermeture et voir dans quelle mesure on peut les appuyer dans tous les sens à travers l’Etat guinéen qui a fermé les frontières. Je serais sur le terrain avec eu et le message sera lancé« , précise le président du GOHA. Il caresse l’espoir que la reprise normale de ces activités économiques aura un impact positif sur le prix des denrées sur le marché guinéen et dit compter sur les nouvelles autorités pour l’atteinte de cet objectif.

Moïse Rama Fils