Grogne à la Radio Nationale : «Nous sommes dans une salle de rédaction qui n’a pas d’ordinateur» (Présentatrice)

0
546

Conkry-Guinée : Aux dernières nouvelles, le syndicat local (RTG) se serait saisi du dossier des frondeurs de la radio mère. Sâa Martin Fancinadouno, le secrétaire général dudit syndicat s’est engagé à accompagner le dossier jusqu’à la satisfaction des revendications.

Mais avant cette prise en compte du syndicat, notre rédaction a rencontré l’une des présentatrices vedette du Journal Parlé de 19h45. Makémé Bamba, puisque c’est d’elle qu’il s’agit, a dénoncée les mauvaises conditions de travail au sein de la rédaction. «Nous sommes dans une salle de rédaction qui n’a pas d’ordinateur. Les deux qui nous fonctionnent parfois et parfois non. Pour une salle de rédaction ou il n’y a pas d’internet, ce n’est pas bon. Pour une salle, à l’ère du numérique ou nous utilisons encore un stylo sur un papier volant, ce n’est pas bon. Une salle de rédaction ou parfois nous sommes en manque de papier, le secrétaire de rédaction peut passer des heures à attendre qu’on apporte un paquet de papier rame, cela devient compliqué. Ce que nous dénonçons aussi, c’est que la radio nationale est exclue des reportages concernant les actes du pouvoir central. Et cela ne date pas d’aujourd’hui et ce n’est pas orienté contre quelqu’un. Nous avons duré dans cette situation que nous avions dénoncée à plusieurs reprises. Depuis des mois, nous avions eu des discussions avec le Directeur, mais cela n’a abouti à rien. Nous avons décidé, puisque nous ne sommes pas respecter et nous, nous respectons nos auditeurs qui s’attendent à ce que les décisions qui passent au niveau de Conakry soient relayées au niveau de la radio nationale, parce que c’est cette radio qu’ils écoutent à l’intérieur du pays, parce qu’il n’y a pas du courant à l’intérieur, cela devient compliqué quand on n’a pas de respect pour nos auditeurs», a déclarée cette présentatrice.

Moïse Rama Fils