Employabilité des femmes : Des partages d’idée et d’expérience entre femmes et filles à Conakry

0
521

Conakry-Guinée : Informer les femmes sur les opportunités d’emplois existantes à postuler aux opportunités d’emplois, échanger avec les femmes sur les défis de leur employabilité ou encore promouvoir l’égalité des sexes tels sont entre autres les sujets abordés au cours d’un échange d’idée et de partage d’expérience entre plusieurs femmes.

Le but est de créer un espace d’échanges avec les jeunes filles/ femmes que le programme Volontaire des Nations Unies, à travers le PNUD, en collaboration avec Youth Connekt autour d’une initiative appelée  »le café des opportunités ».

Hanne Djanaba Keita, coordinatrice du programme INTEGRA, volet ITC, est l’une d’entre elles : «Ce fut une session très riche en termes d’échange. Pour moi, c’était un plaisir de partager non seulement mes expériences en début de carrière et aussi au niveau où je suis dans ma carrière. Et donc, c’était rafraichissant d’avoir des jeunes femmes qui étaient dans la salle et qui avaient des expériences aussi riches que la mienne. Pouvoir donner et recevoir, c’était intéressant pendant cette session de café opportunité».

Ces échanges ont pour objectif de rehausser le pourcentage des femmes postulants aux offres d’emplois. Pour la Coordinatrice pays du programme des volontaires des Nations Unies, ces échanges avec ces femme relève d’un constat. «Ce qu’on constate aujourd’hui, c’est que des jeunes gens finissent les études et très souvent, ils ne sont pas connectés aux opportunités. Des fois, ils ont tendance à se perdre malgré tout ce qui est technologie de l’information et de la communication. Donc, l’idée c’est déjà de les inviter pour échanger avec elles sur les opportunités pour un premier temps que nous disposons au sein du Système des Nations Unies. Pour un deuxième temps, on compte l’élargir au secteur privé et pourquoi pas au niveau du secteur public parce que c’est important que les jeunes gens à la fin de leurs études puissent savoir de quoi les entreprise en ont besoin», a fait savoir Mme. Koumba Dieng Seck.

Pour sa part, Fatoumata Mara, entrepreneure et participante, exprime ses sentiments après les échanges : «J’ai acquis un savoir plus aujourd’hui à travers ces braves femmes qui ont partagé leur expérience que j’ai beaucoup aimé. Cela m’a donnée aussi un atout d’exploiter leur expérience peut-être même plus qu’elles».

A travers ces expériences partagées, les initiateurs espèrent que cela permettra de mieux booster la carrière des participantes.

Moïse Rama Fils