Kipé : Un présumé voleur, intercepté et battu à mort par des jeunes dans une concession

0
305

Conakry-Guinée : C’est un jeune d’une trentaine d’années qui a été retrouvé mort ce mardi 2 novembre tôt le matin dans une cour située à la cité des médecins à Kipé, dans la commune de Ratoma.

Il serait probablement un présumé voleur qui a été battu à mort au cours d’une bagarre qui l’a opposé à plusieurs personnes lors de son interception après sa forfaiture dans sa tentative de fuite. Interrogé sur les faits, Mamadou Saliou Keita, chef de ce secteur, relate : «C’est vers les 6 heures du matin que mes jeunes m’ont informé soit disant qu’il y a eu des bandits qui sont rentrés dans la concession d’un voisin et qu’ils ont réussi à tuer un des voleurs et que l’autre est en cavale (…) C’est une inquiétude de tout le monde à l’heure-là, nuit et jour, on est inquiet de cette insécurité. Il faut l’assistance des autorités compétentes pour la sécurité des citoyens, sinon c’est grave».

Quant au jeune avec lequel le présumé voleur s’est battu, sous l’anonymat, a relaté les faits. «Quand il est rentré dans la maison, il a commencé à me donner des coups. On s’est battu et ils étaient deux. Et quand l’autre a vu que j’avais des avantages sur son ami, lui il a fui. On se donnait des coups, chacun de nous tombait par-ci, par-là, on se pourchassait. On s’est battu jusqu’à ce qu’il soit tombé et il en est mort», a-t-il témoigné.

Quant à Mohamed N’diaye, responsable de la police technique et scientifique, a déploré le fait que les citoyens de la zone spéciale de Conakry se rendent justice à chaque fois sans attendre les autorités. Personne n’a le droit de se rendre justice. «Quand vous interceptez un individu inconnu dans votre cour, essayez d’alerter les services les plus compétents. A défaut, il y a les numéros verts (100) du CNRD ils l’ont mis à la disposition de tout le monde. Informer ce service qu’il vient au secours, mais n’essayez pas de vous rendre justice», a-t-il conseillé.

Les enquêtes sur les circonstances de cette mort se poursuivent a annoncé la police scientifique.

Moïse Rama Fils